Livre des Constitutions et Ordinations des Frères de l’Ordre des Prêcheurs édition bilingue latin – français 2013




старонка9/46
Дата канвертавання24.04.2016
Памер2.87 Mb.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   46

§ II. – Activitas missiona­lis nostra regitur :

§ II. Notre activité missionnaire est ré­gie par :

iure communi, necnon peculiaribus Sanctae Se­dis decretis ;

2° constitutionibus et statutis particu­laribus a provinciis elaboratis.

1° le droit commun et les décrets parti­culiers du Saint-Siège ;

2° nos constitutions et les statuts parti­culiers élaborés par les provinces.

114. – § I. – Ad munera missionalia efficacius et plenius adimplenda, fo­veatur collaboratio fra­trum inter provincias in eisdem regionibus labo­rantes.

114. – [Ordination] § I. Pour remplir plus efficacement et plus entièrement les tâches missionnaires, sera favorisée la collaboration des frères de provinces travaillant dans les mêmes régions.

§ II. – Fiat etiam collabo­ratio omnium provincia­rum in tota activitate mis­sionali Or­dinis, ita ut priores provinciales li­benter praesentent fratres idoneos ad opus commune prosequendum.

§ II. Qu’il y ait aussi une collaboration de toutes les provinces dans toute l’activité missionnaire de l’Ordre, de sorte que les provinciaux présentent volontiers des frères aptes à continuer le travail commun.

§ III. – In negotiis missionum expediendis ma­gister Ordinis adiu­va­tur a socio pro aposto­latu in Ordine.

§ III. Pour régler les affaires des mis­sions le Maître de l’Ordre sera aidé par le socius pour l’apostolat.

115. – Ad opus missionale destinentur qui prius signa vocationis missio­nariae dederint et bene parati sint ad illud ex­sequendum. Formatio spe­­cialis missio­nariis, tam clericis quam coope­ratoribus, detur in aliquo conventu missionum vel aliquo instituto specia­lizato, in quibus linguam vernaculam, mores, his­toriam, culturam et pas­toralem missionariam po­­puli addiscant.

115. – [Ordination] Seront destinés à la tâche missionnaire ceux qui auront donné auparavant des signes de voca­tion missionnaire et qui sont bien pré­parés à l’accomplir. Une formation particulière sera donnée aux mission­naires, tant clercs que coopérateurs, dans un couvent des missions ou un institut spécialisé, où ils apprendront la langue, les coutumes, l’histoire, la culture et la pastorale missionnaire du pays.

116. – vacat.

116. – [Constitution, abrogée]

117. – Memores sint mis­sionarii nostri finem mis­sionum dirigi ad commu­nitates fidelium effor­mandas, ut quantocius suis necessitatibus per seipsas providere queant. Curent proinde ut eccle­sia particularis instructa copia localium sacerdo­tum, religiosorum et lai­corum, iis ministeriis et institutis ditetur quae ad vitam christianam sub episcopo proprio ducen­dam et dilatandam neces­saria sunt.

117. – [Ordination] Nos missionnaires doivent de souvenir que la fin des mis­sions est de fonder des communautés de fidèles qui puissent le plus rapidement possible subvenir par elles-mêmes à leurs besoins. Ils veilleront donc à ce que l’Église particulière pourvue abon­damment de prêtres, de religieux et de laïcs du lieu soit riche des ministères et des institutions nécessaires pour conduire et développer la vie chrétienne sous (l’autorité) d’un évêque propre.

118. – Quia vita religiosa praeclarum signum regni caelestis est et per inti­miorem consecrationem Deo in Ecclesia factam lucide quoque manifestat et significat intimam vo­cationis chris­tianae natu­ram, inde a periodo plan­tationis Ecclesiae missio­narii nostri vitam religio­sam sub formis indigenis sedulo promoveant.

118. – [Ordination] Comme la vie reli­gieuse est un signe éclatant du royaume des cieux et que, par une plus profonde consécration à Dieu dans l’Église, elle manifeste aussi et signifie clairement la nature intime de la vocation chrétienne, nos missionnaires développeront avec zèle la vie religieuse selon des formes adaptées aux habitants dès la période d’implantation de l’Église.

119. – § I. – Missionarii nostri, quantum possibile sit, vitam regularem ins­ti­tuant, stu­deantque in per­­fecta communitate vi­vere.

119. – [Ordination] § I. Nos missionnai­res, autant que possible, instaureront la vie régu­lière et s’appliqueront à vivre complè­tement la vie commune.

§ II. – Ad hoc obtinendum quamprimum erigatur conventus in quo vita do­minicana exprimatur iuxta exigentias, ingenium atque indolem peculiarem populi evangelizati, ut revera appareat indigena et non extranea in patria sua. Traditiones asceticae et contemplativae, qua­rum semina iam ante Evangelii praedicationem nonnumquam antiquis culturis a Deo indita sunt, quae congruant vitae do­minicanae, assumantur.

§ II. Pour cela sera érigé le plus tôt possible un couvent où la vie domini­caine sera reproduite selon les exigen­ces, le génie et la nature propre du peu­ple évangélisé, pour qu’elle apparaisse vraiment indigène et non étrangère dans son propre pays. Les traditions ascétiques et contemplatives, dont les germes déjà avant la prédication évan­gélique ont été parfois inscrits par Dieu dans les cultures anciennes, et qui conviennent à la vie dominicaine, se­ront assumées.

§ III. – Quantocius fieri possit vocationes domini­canae promoveantur, ut plantatio Ordinis stabilis fiat et provincia auto­chtona erigi ac vivere queat.

§ III. Aussi rapidement que possible les vocations dominicaines seront dévelop­pées afin que l’implantation de l’Ordre devienne stable et qu’une province au­tochtone puisse être érigée et vivre.

120. – Provincia in terri­torio missionum erecta spiritum missio­narium manifestet, ita ut non so­lum concives par­ticipes efficiat nuntii Evangelii sed et aliis gentibus illud praedicare satagat.

120. – [Ordination] Une province érigée en territoire de mission doit manifester son esprit missionnaire non seulement en annonçant l’Évangile à ses conci­toyens mais encore en s’efforçant de le prêcher aux autres peuples.

121. – Centra investiga­tionis consti­tuantur in quibus patrimonium reli­giosum et socio-culturale populorum apprime co­gnoscatur, et quae com­patibilia sint in unitatem catholicam recapitulen­tur. Haec centra uti valde conformia cum peculiari apostolatu Ordinis ma­xime promoveantur cum adsistentia diversarum provinciarum.

121. – [Ordination] Des centres de re­cherche seront constitués pour étudier surtout le patrimoine religieux et socio­culturel des peuples et en intégrer ce qui est compatible dans l’unité catholi­que. Ces centres, tout à fait conformes à l’apostolat propre de l’Ordre, seront fortement développés avec l’aide de di­verses provinces.

122. – Speciali cura fra­tres promoveant puero­rum et adolescentium edu­cationem, cum haec apud nationes progre­dientes maxime conferat ad ele­vandam dignitatem huma­nam et ad condicio­nes hu­maniores praeparandas.

122. – [Ordination] Avec un soin parti­culier les frères développeront l’édu­cation des enfants et des adoles­cents, puisque dans les nations en dé­velop­pement elle contribue grandement à é­lever la dignité de l’homme et à pré­pa­rer des conditions de vie plus humai­nes.

123. – Ad unitatem pro­movendam inter universos christianos curent fratres spiritum oecumenicum in­ter catholicos fovere ac verum et sincerum dialo­gum cum non catholicis inire, ita ut, scan­dalum divisionis vitetur, atque coope­ra­tionem in re tum sociali et technica tum culturali et religiosa ins­tituant.

123. – [Ordination] Pour faire progres­ser l’unité entre tous les chrétiens, les frères veilleront à encourager l’esprit œcuménique chez les catholiques et à engager un dialogue vrai et sincère avec les non catholiques afin que le scandale de la division soit évité et que soit instaurée une coopération tant dans le domaine social et technique que culturel et religieux.

Art. IV – De praedicatione ad populum fidelem

Article IV - La prédication au peuple fidèle

124. – § I. – Fratres per praedicationem christianos gradatim ad maturitatem et responsabilitatem fidei pro­moveant ut Ecclesia in testimonio Evangelii reno­vetur et confirmetur.

124. – [Constitution] § I. Les frères, par la prédication, conduiront progressive­ment les chrétiens à une maturité et res­ponsabilité dans la foi afin que l’Église soit renouvelée et fortifiée dans le té­moignage de l’Évangile.

§ II. – Fratres specialem curam habeant de homilia et de aliis praedicationis modis qui, actioni liturgi­cae et sacramentis cohae­rentes, in vitam fidelium intimius penetrant.

§ II. Les frères auront un souci particu­lier de l’homélie et autres formes de prédication qui, formant un tout avec l’action liturgique et les sacrements, pé­nètrent au plus profond dans la vie des fidèles.

125. – Fratres peculiarem adsistentiam spiritualem et doctrinalem praestent pres­byteris et religiosis atque aliis quibus com­mittitur cura educandi po­pulum in fide.

125. – [Ordination] Les frères apporte­ront une aide spéciale d’ordre spirituel et doctrinal aux prêtres et religieux et à tous ceux qui ont reçu charge d’édu­quer les peuples dans la foi.

126. – Ecclesiae nostrae sint centra prae­di­ca­tio­nis, vitae liturgicae, com­mu­nitatis christianae et irradiationis apos­to­latus.

126. – [Ordination] Nos églises doivent être des centres de prédication, de vie liturgique, de communauté chrétienne et de rayonnement apostolique.

127. – Cum apostolatus Ordinis pluribus in re­gio­nibus efficaciter exer­cea­tur in paroeciis, fra­tres quibus haec cura committitur, omni solli­ci­tudine muneri huius­modi praecipue per mi­nisterium verbi, incum­bant.

127. – [Ordination] Comme l’apostolat de l’Ordre dans plusieurs régions s’exerce effica­cement au sein de parois­ses, les frères qui en ont reçu la charge s’en acquitteront avec pleine solli­citude, surtout par le ministère de la parole.

128. – § I. – Curent superiores ut conventus cui concredita vel unita sit paroecia habeat condiciones necessarias et sufficientem numerum fratrum ad minis­terium paroeciale cum vita con­ven­tuali rite compo­nen­dum.

128. – [Ordination] § I. Les supérieurs veilleront à ce qu’un couvent auquel est confiée ou unie une paroisse ait les conditions nécessaires ainsi qu’un nombre suffisant de frères pour unir heureusement ministère paroissial et vie conventuelle.

§ II. – In qualibet provin­cia numerus paroeciarum ita moderari oportet ut sufficiens copia fratrum maneat, qui et aliis mi­nisteriis verbi Dei liberius ac plenius vacare possint.

§ II. Dans chaque province, le nombre des paroisses doit être mesuré pour laisser un nombre suffisant de frères pour s’adonner plus librement et com­plètement aux autres ministères de la Parole de Dieu.

§ III. – Superior com­petens pro accep­tanda paroecia est prior pro­vincialis de consensu sui consilii, nisi capi­tulum provinciale deter­mina­verit hanc facultatem re­ser­vatam esse capitulo provinciali, aut consilio vicariatus cum appro­ba­tione consilii pro­vin­ciae.

§ III. Le Supérieur compétent pour ac­cepter une paroisse est soit le Prieur provincial avec le consentement de son conseil, à moins que le chapitre provin­cial ait décidé de se réserver cette fa­culté, soit le conseil du vicariat avec l’approbation du conseil provincial.

129. – Rosarium mariale cum sit via ad con­templanda mysteria Christi et schola ad vitam evan­gelicam efformandam ha­bea­tur ut forma prae­dicationis Ordini consen­ta­nea, in quo doctrina fidei exponitur sub luce par­tici­pationis B. V. Mariae in mysterio Christi et Ecclesiae.

129. – [Constitution] Le Rosaire marial étant une voie pour contempler les mystères du Christ et une école de for­mation à la vie évangélique, est à consi­dérer comme une forme de prédication convenant à l’Ordre ; la doctrine de la foi y est exposée à la lumière de la par­ticipation de la bienheureuse Vierge Ma­rie au mystère du Christ et de l’Église.

Unde fratres praxim rosa­rii quod ut nota Ordinis peculiaris habendum est, ferventer praedicent ut in dies vividior fiat eiusque associationes promoveant.

En conséquence, les frères prêcheront avec ferveur la pratique du rosaire, qui doit être considéré comme une caracté­ristique propre de l’Ordre, pour la ren­dre toujours plus vigoureuse et ils en développeront les associations.

130. – § I. – Fratres ut praecones Evangelii Christi, magnae respon­sabilitatis pro unitate po­puli Dei conscii, curent spiritum oecumenicum inter catholicos fovere ut opus reconciliationis sem­per maius incremen­tum accipiat.

130. – [Ordination] § I. Les frères, an­nonciateurs de l’Évangile du Christ, conscients de leur grande responsabilité pour l’unité du peuple de Dieu, veille­ront à encou­rager l’esprit œcuménique chez les catholiques, afin que l’œuvre de réconciliation reçoive toujours un plus grand développement.

§ II. – Investigationes theologicae circa quaes­tiones oecumenicas locum eminen­tem obtineant, et fratres debita praepa­ra­tione scientifica formati in sincera colla­boratione cum aliis theologis spe­cia­lizatis et institutis opus oecume­nicum promo­ve­ant.

§ II. Les recherches théologiques sur les questions œcuméniques tiendront une place importante et les frères préparés par la formation scientifique requise réaliseront l’œuvre œcuménique dans une sincère collaboration avec les au­tres théologiens et instituts spécialisés.

Art. V – De ambitu sociali ministerii nostri

Article V - La dimension sociale de notre ministère

131.Munus praedica­tionis regni coelorum, quod iam inchoatum est per Incarnationem Verbi Dei et ad restau­rationem omnium rerum in Christo tendit, nos ad promoven­dum rectum societatis ordinem urget.

131. – [Ordination] La tâche de la pré­dication du Règne des cieux, qui est déjà commencé par l’Incarnation du Verbe De Dieu et tend à restaurer tou­tes choses dans le Christ, nous pousse à promouvoir un juste ordre social.

132. – § I. – Interest in primis populi Dei cons­cientiam illuminare circa omnes exigentias suae insertionis in societatem humanam, et eum excitare ut cum omnibus bonae voluntatis hominibus, in unum conatum et laborem vires coniu­gantur ad re­gnum iustitiae, amoris fraterni et pacis in terris firmandum.

132. – [Ordination] § I. Il importe avant tout d’éclairer la conscience du peuple de Dieu sur toutes les exigences de son insertion dans la société humaine et de le stimuler à joindre ses forces à celles de tous les hommes de bonne volonté dans un élan et un effort uniques pour affermir sur terre le règne de la justice, de l’amour fraternel et de la paix.

§ II. – Ad hoc obtinendum laicorum praecipue for­mationem adiuvare oportet, eorumque mis­sionem et actionem pro­priam in societate ho­dierna aedificanda agnoscere et fovere.

§ II. A cette fin, il faut principalement aider à la formation des laïcs, recon­naître et encourager leur mission et leur action propre dans l’édification de la société d’aujourd’hui.

133. – Problemata hu­mana et moralia, quae ex novis semper adiunctis exsurgunt, diligenter in­vestigare satagant fratres una cum diversarum re­rum socialium peritis, attentione habita ad as­pectus theologicos harum quaestionum.

133. – [Ordination] Les frères s’appliqueront à étudier soigneusement les problèmes humains et moraux qui surgissent des circonstances toujours nouvelles, en liaison avec les experts des diverses réalités sociales, et en portant attention aux aspects théologi­ques de ces questions.

134. – Apostolatus noster in ambitu sociali debet esse et apparere verum hominum servitium, confirmatum operi­bus ac rebus pro eis impensis, et maxime insignitum plena libertate evangelica, prae­sertim a quacumque factione independens.

134. – [Ordination] Notre apostolat dans le domaine social doit être et ap­paraître comme un authentique service des hommes, confirmé par les efforts et les biens engagés pour eux, et surtout marqué de la pleine liberté évangélique, en particulier dans son indépendance à l’égard de tout parti.

135. – vacat.

135. – [Constitution, abrogée]

Art. VI – De quibusdam praerequisitis ad ministerium exercendum

Article VI - Des conditions requises pour exercer l’apostolat

136. – Fratres ad praedi­candum et ad confessio­nes audiendas debita fa­cultate sint praediti (CIC 764-765, 966 et seq.).

136. – [Ordination] Pour prêcher et confesser, les frères doivent être munis de la faculté (CIC 764-765, 966 et ss.).

137.Fratres non prae­dicent intra terminos alius provinciae, sine praevio illius prioris pro­vincialis consensu sal­tem habitualiter concesso.

137. – [Ordination] Les frères ne prê­cheront pas sur le territoire d’une autre province sans le consentement préala­ble, au moins habituel, du provincial local.

138.Fratres adprobati in examine Ordinis ad confessiones audiendas, ipso facto adprobationis ab examinatoribus subs­criptae, facultatem dele­gatam possi­dent super personas Ordini subiec­tas, mo­nia­libus exceptis, et super alias diu noctu­que in conventibus nostris de­gentes (CIC 967 969).

138. – [Ordination] De par la signature même des examinateurs de l’Ordre pour l’examen de confession, les frères ob­tiennent juridiction déléguée sur les su­jets de l’Ordre, les moniales exceptées, et sur ceux qui séjournent jour et nuit dans nos couvents (Can. 967 969).

139. – Prae oculis semper habebunt fratres eorum publicas interventiones (in libris, diariis, radio et televisio, aliisque instrumentis communicationis socialis) non tantum in ipsos sed etiam in fratres eorum et Ordinem et Ec­clesiam redundare. Quamobrem sedulo in­vigilent ut crescat mens dialogi et mutuae respon­sabilitatis in iu­dicio eli­gendo tam cum fratribus quam cum su­perioribus eorum. Pecu­­liarem atten­tionem ferant huic critico dialogo cum superioribus maioribus si eorum dicta vel scripta ad materias disputatas ali­cuius mo­men­ti spectant. (R, n. 266; T, n. 216)

139. – [Ordination] Les frères auront toujours présent à l’esprit que leurs in­terventions publiques (dans les livres, journaux, radio et télévision et autres moyens de communications sociales) rejaillis­sent non seulement sur eux-mêmes mais aussi sur leurs frères, l’Ordre et l’Église. En conséquence, ils veilleront soi­gneusement à ce que se développe un esprit de dialogue et de mutuelle res­ponsabilité pour prendre jugement tant auprès des frères qu’auprès de leurs supérieurs. Ils porteront une particu­lière attention à cet échange critique, avec les supérieurs majeurs si leurs pa­roles ou leurs écrits touchent des matiè­res disputées de quelque importance. (R, n. 266 ; T, 216)

139-bis – § I. – Fratres ut libros edere possint, licen­tia in scriptis superioris maioris egent.

139 bis. – [Constitution] § I. Pour pu­blier des livres, les frères doivent avoir la permission écrite du supérieur majeur.

§ II. – Si superior maior de licentia concedenda dubitet ob problemata fidei mo­rumve instituat com­mis­sionem trium peri­torum ad opus examinan­dum.

§ II. Si le supérieur majeur hésite à don­ner la permission en raison de problè­mes de foi ou de morale, il nommera une commission de trois experts pour examiner l’ouvrage.

§ III. – Quod si licentiam non concedat, rationes de­negationis auctori commu­nicet.

§ III. S’il n’accorde pas la permission, il com­muniquera à l’auteur les raisons de son refus.

§ IV. – Auctor, cui licentia a superiore maiore dene­gata est, ad ma­gistrum Ordinis recurrere potest. Quo in casu ma­gister Ordinis instituat commis­sionem ad textum exami­nandum. Sententia ma­gis­tri Ordinis pro definitiva habeatur.

§ IV. L’auteur à qui a été refusée la permission du supérieur majeur peut re­courir au Maître de l’Ordre. En ce cas le Maître de l’Ordre instituera une com­mission pour examiner le texte. La sen­tence du Maître de l’Ordre est défini­tive.

140. – Post editum li­brum, unum exemplar ad archivum Ordinis et aliud ad archivum provinciae mittatur.

140. – [Ordination] Après la publication d’un livre, un exemplaire sera envoyé aux archives de l’Ordre et un autre aux archives de la province.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   46


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка