Livre des Constitutions et Ordinations des Frères de l’Ordre des Prêcheurs édition bilingue latin – français 2013




старонка7/46
Дата канвертавання24.04.2016
Памер2.87 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   46




Caput III - De studio

Chapitre III - L’étude

Art. I – De momento et fontibus studii

Article premier - Importance et sources de l’étude

76. – S. Dominicus, in hoc non parum innovans, studium ad ministerium salutis ordinatum in proposito sui Ordinis intime inclusit87. Ipse, qui Evangelium s. Matthaei et Epistolas s. Pauli semper secum ferebat88, fratres duxit ad scholas89 et misit in maiores civitates «ut studerent, et praedicarent et conventum facerent90 ».

76. – [Constitution] Saint Dominique, singulièrement innovateur en cela, a in­timement inclus dans le propos de son Ordre l’étude ordonnée au ministère du Salut87. Lui-même, qui portait toujours avec lui l’Évangile de saint Matthieu et les Épîtres de saint Paul88, conduisit ses frères aux lieux d’en­sei­gnement89 et les envoya dans les plus grandes villes « pour étudier, prêcher et fonder un cou­vent90 ».

77. – § I. – Ideoque « stu­dium nostrum ad hoc prin­cipaliter ardenterque sum­mopere debet intendere ut proxi­morum animabus pos­simus utiles esse91 ».

77. – [Constitution] § I. C’est pourquoi « notre étude doit viser principalement, ardem­ment et avec le plus grand soin à ce que nous puissions être utiles à l’âme du prochain91 ».

§ II. – Per studium fratres in corde reco­gitant multi­formem sapientiam Dei et ad servitium doctrinale Ecclesiae ac omnium ho­minum se praeparant ; eo­que magis studio se devo­veant opor­tet quod ex Ordi­nis traditione specia­lius vocantur ut homi­num propensionem ad veritatem excolant.

§ II. Par l’étude, les frères méditent dans leur cœur la sagesse multiforme de Dieu et se pré­parent pour le service doctrinal dans l’Église et pour tous les hommes ; et il leur faut d’autant plus se consacrer à l’étude qu’ils sont appe­lés plus spé­cialement, selon la tradi­tion de l’Or­dre, à cultiver l’inclination des hommes vers la vérité.

§ III. – Opus huiusmodi secundum diversas cuius­que materiae exigentias pe­ragi debet atque firmam disciplinam om­niumque virium applicationem re­quirit.

§ III. Une telle tâche doit être menée selon les diverses exigences de chaque matière et requiert une discipline ferme et l’application de toutes ses forces.

78. – Studii nostri lumen et fons Deus est qui multi­farie multisque modis olim locutus, novissime loquitur in Christo, per quem mys­terium voluntatis Patris, misso Spiritu, plene reve­latur in Ecclesia et om­nium hominum mentes illuminantur.

78. – [Constitution] La lumière et la source de notre étude est Dieu qui a parlé jadis à maintes re­prises et sous maintes formes, qui plus récem­ment a parlé dans le Christ par qui le mys­tère de la volonté du Père, l’Esprit Saint en­voyé, est pleinement révélé dans l’Église et par qui sont illuminés les esprits de tous les hom­mes.

79. – Divinam revelatio­nem, cuius Traditio et Sa­cra Scriptura unum sacrum depositum constituunt, fratres meditentur et scru­tentur atque ex eiusdem oeco­no­miae pe­renni valore paedagogico addis­cant multiplicitatem viarum Evangelii discer­nere, etiam in rebus creatis, in ope­ribus et institutionibus humanis, necnon in diver­sis religio­nibus.

79. – [Constitution] La révélation di­vine, dont la Tradition et la sainte Écri­ture constituent l’unique dépôt sacré, sera méditée et scrutée par les frères qui grâce à la valeur pédagogique éternelle de son économie apprendront à discer­ner les multiples voies de l’Évangile tant dans les choses créées que dans les œu­vres et institutions humaines et même dans les diverses religions.

80. – Fratres in omnibus sentiant cum Ecclesia atque obsequium praestent multiplici exercitio Magis­terii cui con­credita est interpretatio authentica ver­bi Dei ; fideles insuper missioni Ordinis, Ma­gisterio in munerum doc­trinalium ex­ple­tione spe­ciali cum de­ditione sociam ope­ram prae­bere semper sint parati.

80. – [Constitution] Qu’en toutes choses les frères pensent en communion avec l’Église et se montrent obéissants aux divers actes du Magistère à qui a été confiée l’interprétation authentique de la parole de Dieu ; fidèles en outre à la mission de l’Ordre, ils devront être tou­jours prêts à apporter leur concours au Magistère, avec un particulier dévoue­ment, dans l’exercice de ses charges doctrinales.

81. – Fratres attente stu­deant scriptis sanctorum Patrum et egregiorum mentis christianae testium qui ope diversarum cultu­rarum et sapientiae philo­sophorum laboraverunt ad verbum Dei plenius intel­legendum.

Horum reflexionem prose­quentes, ad vivam Eccle­siae traditionem reverenter attendant, dialogum cum sapientibus quaerant et ad contemporaneas sive in­ventiones sive quaestiones animum pandant.



81. – [Constitution] Les frères étudie­ront avec attention les écrits des Pères et des témoins éminents de la pensée chré­tienne, qui au moyen des diverses cultu­res et de la sagesse des philosophes ont œuvré à une meilleure intelligence de la parole de Dieu.

En poursuivant leur réflexion, qu’ils soient respectueusement attentifs à la Tradition vivante de l’Église, qu’ils re­cherchent le dialogue avec les sages et qu’ils ouvrent leur esprit aux découver­tes comme aux questions d’aujourd’hui.



82. – In hoc munere adim­plendo, op­timus ma­gister et exemplar est s. Thomas cuius doctrinam Ecclesia sin­gulariter com­mendat et Ordo suscipit tam­quam patrimonium quod fecun­dum exer­cet influxum in vitam intellectualem fra­trum ei­que proprium cha­racterem confert.

Quapropter fratres cum scriptis et mente ipsius actuosam colant commu­nionem et secundum ne­cessitates temporum, legi­tima cum libertate, eius doctrinam renovent et lo­cupletent divitiis semper novis sacrae humanaeque sapientiae.



82. – [Constitution] Dans l’accom­plissement de cette tâche, le meilleur maître et modèle est saint Thomas, dont l’Église recommande particu­lièrement la doctrine reçue par l’Ordre comme un patrimoine exerçant une influence fé­conde sur la vie intellectuelle des frères et lui conférant un caractère propre.

C’est pourquoi les frères rechercheront une communion active avec ses écrits et sa pensée et selon les nécessités du temps ; avec une légitime liberté, ils re­nouvelleront sa doctrine en y ajoutant des richesses toujours nouvelles de la sagesse sacrée et humaine.



83. – Studium assiduum contem­plationem nutrit, adimpletionem consi­lio­rum lucida fidelitate fovet, sua ipsa constantia et ar­duitate asceseos formam constituit, atque excellens est observantia utpote to­tius vitae nos­trae elemen­tum essen­tiale.

83. – [Constitution] L’étude assidue nourrit la contemplation, favorise la mise en œuvre des conseils avec une fi­délité lucide, constitue une forme d’ascèse dans sa persévérance même et sa difficulté, et par excellence appartient à l’ob­servance, en tant qu’évé­nement essentiel à toute notre vie.

Art. II - De promotione studii

Article II - Le développement de l’étude

84. – Fratres perseveranter studio incumbant et in illo promovendo omnes se so­cios et sibi invicem debito­res agnoscant ; talis mutua co­operatio efficacius fiet si idoneis institutionibus or­dinetur.

84. – [Constitution] Les frères s’appliqueront avec persévérance à l’étude et pour la déve­lop­per ils se considéreront tous comme soli­daires et mutuellement débiteurs les uns des au­tres ; une telle coopération est plus effi­cace si elle est organisée par des institu­tions adap­tées.

85. – § I. – Fratres scientias praesertim sa­cras colant, attendentes non tantum ad minis­te­rium. immediate prae­pa­randum sed etiam ad pro­priam culturam per­fi­cien­dam.

85. – [Ordination] § I. Les frères s’appliqueront surtout aux sciences sa­crées, visant non seulement la prépara­tion de leur ministère immédiat mais encore le perfection­nement de leur pro­pre culture.

§ II. – Ad hunc finem assequendum, oportet, statutis temporibus, reser­vare ali­quas periodos intensiori studio des­ti­natas.

§ II. A cette fin il faut, à des moments déterminés, réserver des périodes desti­nées à une étude plus intense.

86. – § I. – Propter conti­nuum progressum cultu­rae atque complexitatem problematum, necesse est ut altioribus investigatio­nibus aliqui fratres spe­cialiter addicantur, prae­sertim professores, sive in centris Ordinis, sive in aliis.

86. – [Ordination] § I. En raison du progrès continu de la culture et de la complexité des problèmes, il est néces­saire que des frères, surtout profes­seurs, se consacrent spéciale­ment à des recherches plus poussées soit dans les centres de l’Ordre, soit ailleurs.

§ II. – Hi fratres condi­ciones habeant aptas ad laborandum cum peritis earumdem et affinium disci­plinarum, ac iusta libertate inquirendi, dis­cutiendi, et communicandi fruantur in fidelitate erga Ordinem et Ecclesiam.

§ II. Ces frères auront des conditions leur permettant de travailler avec les spécialistes de leurs disciplines et de celles voisines et ils jouiront d’une juste liberté de recherche, de discussion et de communication, dans la fidélité à l’Ordre et à l’Église.

§ III. – Si difficultates doctrinales exoriantur atque controversia non supe­retur, fratres au­diantur a Supe­rioribus, auxiliantibus peritis ex utraque parte desi­gnatis et utrique parti acceptis, caritate fraterna servata, salvo semper iure recur­rendi ad superiores maio­res.

§ III. Si des difficultés sur un point de doctrine naissent et que le litige ne puisse être résolu, les frères seront en­tendus par les supérieurs, avec l’aide d’experts désignés et acceptés par cha­que partie, en toute charité fraternelle, étant sauf toujours le droit de recours aux supérieurs majeurs.

87. – Superiores plurimi faciant studium et illud intense promoveant, atque curent ut omnes fratres habeant media et oppor­tunitatem studendi.

87. – [Constitution] Les supérieurs fe­ront grand cas de l’étude et la dévelop­peront intensément, en veillant à ce que tous les frères aient les moyens et les possibilités d’étudier.

88. – § I. – Ad priorem conventualem praecipue pertinet :

1° providere ut cum professoribus aut aliis peritis sive Ordinis sive extra­neis, frequentia op­por­tuna, habeantur colla­tiones et com­munia collo­quia circa quaestiones doctri­nales, eas speciatim quae ministerium fra­trum respiciunt ;

2° curare cum lectore conventuali et biblio­the­cario ut bibliotheca ins­tructa sit libris neces­sa­riis, et pecuniae summa suffi­ciens quot­annis im­pendatur ad illam locu­pletandam.

88. – [Ordination] § I. Il revient princi­palement au Prieur conventuel :

1° de prévoir, à un rythme opportun, des réunions et des colloques avec les professeurs ou d’autres experts soit de l’Ordre soit de l’extérieur sur des ques­tions doctrinales, surtout celles qui concernent le ministère des frères ;

2° de veiller, avec le lecteur conventuel et le bibliothécaire, à ce que la biblio­thèque soit pourvue des livres nécessai­res et qu’une somme suffisante chaque année soit allouée pour son développe­ment.

§ II. – Habeatur lector conventualis stu­diorum qui superiorem in vita intellectuali communitatis fovenda adiuvet, nisi ipse superior hoc munere fun­gatur.

§ II. Il y aura un lecteur conventuel des études qui aidera le supérieur à déve­lopper la vie intellectuelle de la com­munauté, à moins que le supérieur ne s’acquitte lui-même de cette tâche.

89. – § I. – Ad priorem provincialem praecipue pertinet :

1° curare ut in pla­nificatione, de qua infra n. 107, debita attentio prae­beatur exi­gentiis vitae in­tellectualis et aposto­latus doc­trinalis, salvis iis quae de formatione fra­trum dicuntur n. 226 ;

2° cooperari cum magistro Ordinis in promovenda missione doctrinali Or­di­­nis ;

3° promovere collabora­tionem inter con­ventus et fratres suae provinciae necnon cum aliis provin­ciis praesertim finitimis ;



89. – [Constitution] § I. Il revient prin­cipalement au Prieur provincial :

1° de veiller dans la planification dont il est parlé au n° 107, à accorder l’attention due aux exigences de la vie intellectuelle et de l’apostolat doctrinal, étant sauf ce qui est dit pour la forma­tion des frères au n° 226 ;

2° de coopérer avec le Maître de l’Ordre pour promouvoir la mission doctrinale de l’Ordre ;

3° de promouvoir la collaboration entre les couvents, entre les frères de sa pro­vince et même avec les autres provinces, en particulier celles qui sont voisines ;



4° fovere fratrum participationem sessionibus stu­diorum, secundum con­­gruentiam officii vel ministerii eorum ;

5° in visitatione canonica curare de recta observantia eorum quae de studio praeci­piuntur, spe­ciatim de statu biblio­the­carum ;

6° quolibet anno cum suo consilio statuere summas pecuniae necessarias ad studiorum promotionem.


4° de favoriser la participation des frères aux sessions d’études, en convenance avec leur charge ou leur ministère ;

5° de veiller lors de la visite canonique à la bonne observation de ce qui est pres­crit sur l’étude, particulièrement sur l’état des biblio­thèques ;

6° de fixer chaque année avec son conseil les sommes nécessaires pour le développement de l’étude.


§ II. – In hoc munere adiuvatur a commissione de vita intellectuali pro­vinciae. Membra huius com­missionis sunt regens studiorum qui est eius praeses, moderator centri stu­diorum insti­tu­tio­na­lium, promotor formatio­nis per­ma­nentis et alii qui eliguntur iuxta modum in statuto provinciali deter­­mi­­natum. Huius com­missionis, sub aucto­ritate prioris provincialis est :

1° consilium praevium dare in rebus maioris momenti ad studia perti­nentibus ;

2° rationem particularem provinciae proponere et applicare ;

3° centrorum studiorum provinciae activitates co­ordinare ;

4° quotannis rationem reddere in consilio provin­ciae de vitae intellectualis statu in provincia.


§ II. Dans ce but, il sera aidé par la commission de la vie intellectuelle de la province. Les membres de cette com­mission sont le régent des études, qui en est le président, le modérateur du centre des études institu­tionnelles, le promo­teur de la formation permanente ainsi que d’autres frères choisis selon le mode déterminé par le statut de la province. Sous l’autorité du Prieur provincial, il appartient à cette commission :
1° de donner un avis préalable sur les questions importantes concernant les études ;

2° de proposer et de mettre en applica­tion une charte (ratio) particulière pour la province ;

3° de coordonner les activités des cen­tres d’études de la province ;

4° de rendre compte chaque année en conseil provincial de l’état de la vie in­tellectuelle dans la province.



§ III. – Adiuvatur etiam a promotore provinciali for­ma­tionis permanentis, a ca­pitulo designando, cui munera et dedi­catio ab ip­so capitulo praes­cribentur.

§ III. Il sera aidé également par le pro­moteur provincial de la formation per­manente, qui doit être désigné par le chapitre, qui lui assignera ses fonctions et son champ d’action.

§ IV. – Pro vicariatibus provinciae, modus analo­gus ad studium promo­vendum in statuto ipsorum stabiliatur.

§ IV. Les statuts des vicariats de la pro­vince établiront de façon analogue des mesures aptes à promouvoir l’étude.

90. – § I. – Ad magistrum Ordinis praecipue per­ti­net :

1° providere ut Ordo universus, per stu­dium assiduum necessitatibus tem­­porum aptatum, mis­sionem suam adimpleat ;

2° constituere et pro­movere illa centra altioris studii quae, propter exi­gentias laboris vel mune­ris, sub ipsius cura imme­diata esse debent ;

3° collaborationem inter provincias stimulare et, pro opportunitate, favere erectioni conventuum studiorum vel cen­trorum pluribus provinciis com­mu­nium.

90. – [Ordination] § I. Il revient princi­palement au Maître de l’Ordre :
1° de faire en sorte que l’Ordre tout en­tier réalise sa mission par l’étude assi­due et adaptée aux besoins du temps ;

2° de constituer et de promouvoir des centres d’études supérieures qui, à cause des exigences de leur travail ou de leur rôle, doivent être sous sa vigi­lance immédiate ;

3° de stimuler la collaboration entre les provinces et, selon l’opportunité, de fa­voriser l’érection de couvents d’études ou de centres, communs à plusieurs provinces.

§ II. – In his omnibus peragendis ma­gister Or­dinis a socio pro vita intellectuali necnon a commissione permanenti de promotione studii in Ordine adiuvatur.

§ II. Pour réaliser tout cela, le Maître de l’Ordre sera aidé par le socius pour la vie intellectuelle ainsi que par la commission permanente pour la pro­motion des études dans l’Ordre.

91. – § I. – Etsi in quolibet conventu vita intellectualis florere debeat, habeantur tamen centra ubi fratres peculiari modo studio se consecrent.

91. – [Constitution] § I. Bien que dans chaque couvent la vie intellectuelle doive être florissante, il doit y avoir ce­pendant des cen­tres où les frères se consacrent plus parti­culièrement à l’étude.

§ II. – Centrum studiorum in Ordine est communitas fratrum qui studio pleno tempore et modo stabili incumbunt ; constat ad minus ex tribus fratribus, debitis qualificationibus prae­ditis ; apta bibliotheca et aliis subsidiis laboris, sicut etiam fontibus oeco­nomicis stabilibus dotata sit.

§ II. Un centre d’études dans l’Ordre est une communauté de frères qui à temps plein et d’une façon stable s’adonnent à l’étude ; elle se compose d’au moins trois frères, doués des qualifications re­quises ; elle doit être dotée d’une bi­bliothèque en rapport avec ces études et de tous autres instruments de travail sans parler de ressources économiques sta­bles.

§ III. – Centrum potest esse pars alterius commu­nitatis, scilicet conventua­lis. Potest numerare inter membra sua fratres ex aliis conventilbus.

§ III. Un centre peut faire partie d’une autre communauté, à savoir une com­munauté conventuelle. Et parmi ses membres, il peut y avoir des frères ap­partenant à d’autres couvents.

§ IV. – Iura et obligationes cuiuslibet centri studiorum provinciae, et etiam modus quo regitur, in Ratione studiorum particulari pro­vinciae includitur, et cum illa adprobatur.

§ IV. Les droits et obligations de tout centre d’études de la province et le mode de son gouvernement sont inclus dans la charte particulière des études de la province et sont approuvés en même temps qu’elle.

§ V. – Centra studiorum Ordinis polleant valore vere scientifico et relatio­nes habeant cum similibus institutis et mundo univer­sitario regionis.

§ V. Les centres d’études de l’Ordre doivent être d’un niveau vraiment scien­tifique et entre­tenir des relations avec les instituts similaires et le monde universi­taire et leur région.

92. – Inter centra stu­diorum quae in pro­vincia habeantur, praeci­pua sunt :

1° centrum studiorum institutionalium, quod est communitas studentium et profes­sorum Ordinis ordi­na­­rium studio­rum curricu­lum, praecipue philoso­phicum et theologicum, secundum tradi­tio­nem Or­dinis pera­gens ;

2° centrum studiorum superiorum, quod est communitas fratrum qui ins­titutiones, in quibus cur­sus academici saltem ad gra­dum licentiae docentur, gerunt ; tales sunt facul­tates ecclesiasticae et uni­ver­sitates quae sunt ipsius Ordinis vel sub eius cura positae sunt, vel quarum fratrum est pars cons­titutiva ;

3° centrum studiorum specialium, quod est communitas fratrum qui investi­gationibus et publi­ca­tionibus et program­ma­tibus in aliqua materia speciali, etiam sine acti­vitate didactica, incum­bunt ;

4° centrum formationis permanentis, quod est communitas fratrum qui omnia quae ad forma­tio­nem permanentem, prae­­sertim illorum qui minis­terium in Ecclesia exer­cent, respiciunt, inves­ti­gant et pro­gram­mata apta vel praeparant vel prae­bent.


92. – [Constitution] Parmi les centres d’études d’une province, les principaux sont :

1° un centre des études institutionnelles, à savoir une communauté d’étudiants et de professeurs de l’Ordre, où s’accomplit le cycle ordi­naire des étu­des, principalement philo­sophiques et théologiques, selon la tradition de l’Ordre ;

2° un centre d’études supérieures, à sa­voir une communauté de frères qui ont en charge les institutions dans lesquelles sont donnés les cours académiques conduisant au moins à la licence ; ainsi les facultés ecclésiastiques et les univer­sités de l’Ordre lui-même, ou celles dont il a la charge, ou encore celles qui pour une part essentielle relèvent des frères ;

3° un centre d’études spécialisées, à sa­voir une communauté de frères s’adonnant à des recherches, des publi­cations ou des projets dans une matière spéciale sans avoir néces­sairement d’activité d’enseignement ;


4° un centre de formation permanente, à savoir un groupe de frères attentifs à tout ce qui regarde la formation perma­nente surtout de ceux qui exercent un ministère dans l’Église ; ils préparent et fournissent des projets en ce sens.

92 bis – § I. – Moderator cuiuslibet centri studiorum nominatur modo in statuto provinciae determinando.

92 bis. – [Constitution] § I. Le modéra­teur de tout centre d’études est nommé de la façon déterminée par le statut de la province.

§ II. – Moderatorium seu coetus officia­lium maio­rum cuiuslibet centri deter­mi­natur secundum statu­tum ipsius centri, salva § I.

§ II. Le modératoire ou le groupe des responsables majeurs de chaque centre sera déterminé selon les statuts du dit centre, étant sauf le § I.

§ III. – Relatio inter mode­ratorium cuiuslibet centri et regentem stu­diorum, ut praesidem com­missionis de vita intellec­tuali pro­vinciae, in ratione studio­rum parti­culari pro­vinciae deter­minatur.

§ III. Les rapports du modératoire de chaque centre avec le régent des études en tant que président de la commission de la vie intellectuelle de la province sont précisés dans la charte particulière des études de la province.

93. – § I. – Adsit in omni provincia regens studio­rum qui, sub auctoritate prioris provincialis et cum consilio com­missionis pro vita intellectuali provin­ciae, secundum Statutum provinciae :

1° promoveat et coordinet, ut praeses com­missionis pro vita intellectuali pro­vinciae, totam vitam intel­lectualem provinciae ;



93. – [Constitution] § I. Dans toute pro­vince il doit y avoir un régent des étu­des. Sous l’autorité du Prieur provincial et avec le conseil de la commission de la vie intellectuelle de la province, et selon le statut de la province, il lui appartient :

1° de promouvoir et de coordonner, en tant que président de la dite commis­sion, toute la vie intellectuelle de la pro­vince ;



2° specialem curam habeat de centro studiorum insti­tutionalium provinciae, et curet ut in ipso Ratio stu­diorum pro­vinciae et alia legislatio Ordinis serve­tur ;

2° de prendre spécialement souci du centre des études institutionnelles de la province et de veiller à ce qu’y soient observées la charte des études de la pro­vince et la législation de l’Ordre ;

3° collaboret in impletione programmatis pro forma­tione permanenti a com­missione pro vita intellec­tuali provinciae sta­tuti ;

4° collaboret cum lectoribus conven­tualibus in promotione studii in conven­tibus provinciae ;

5° adiuvet alia centra studiorum in pro­vincia, secundum propria statuta, et colla­borationem inter illa et cum centro stu­diorum institutionalium pro­vinciae foveat ;


3° de collaborer à l’exécution du pro­gramme pour la formation permanente établi par la com­mission de la vie intel­lectuelle de la province ;

4° de collaborer avec les lecteurs conventuels pour promouvoir l’étude dans les couvents de la province ;

5° d’aider les autres centres d’études de la province selon leurs propres statuts et de favoriser la collaboration entre eux et avec le centre des études institutionnel­les ;


6° adiuvet priorem provin­cialem in quaestionibus doctrinalibus solvendis ;

6° d’aider le Prieur provincial pour la solution des questions doctrinales ;

7° curet de planificatione vitae intellectualis provin­ciae et de praeparatione specialistarum ab ea et a centris studiorum Ordinis requisitorum ;

7° de veiller à planifier la vie intellec­tuelle de la province et à préparer des spécialistes répondant aux exigences de la province et des centres d’études de l’Ordre ;

8° quotannis magistro Ordinis rationem reddat.

8° de faire un rapport annuel au Maître de l’Ordre.

§ II. – Ut quis ad officium regentis nominari possit requiritur ut :

1° titulo academico prae­ditus sit, qualis requiritur pro professoribus centri stu­diorum superiorum ;

2° experientiam aliquam docendi, praesertim in dis­ciplinis theologicis vel pllilosophicis, habeat ;

3° notus ob dedicationem ad studium et ad doctrinam sit.



§ II. Pour qu’un frère puisse être nommé régent, il faut :

1° qu’il possède le titre académique exigé pour les professeurs d’un centre d’études supé­rieures ;

2° qu’il ait une certaine expérience de l’ensei­gnement, surtout dans les disci­plines théolo­giques et philosophiques ;

3° qu’il soit connu pour son dévouement à l’étude et à la doctrine.



*** § III.   Regens a capitulo provinciali propo­nitur et a ma­gistro Ordinis usque ad sequens capitu­lum in­stituitur. Proponi etiam potest immediate pro secunda institutione, non autem pro tertia. Du­rante mune­re:

1° membrum est ex officio consilii provinciae;

2° praeses est ex officio commissionis de vita in­tellectua­li;

3° subsidium oecono­mi­cum habet in ratione aes­ti­ma­ta (budget) provinciae;

4° nominari non potest ad officia quae eum ab exercitio sui mu­neris de­tra­hunt.

(Bo, n. 292; R, n. 265; T, n. 212)



*** § III. Le régent est proposé par le chapi­tre provincial et institué par le Maître de l’Ordre jusqu’au prochain chapitre. Il peut être proposé immédiatement pour un deuxième mandat mais pas pour un troisième. Durant sa charge :

1° il est membre de droit du conseil de la province ;

2° il est de droit président de la com­mission de la vie intellectuelle ;

3° il reçoit les subsides économiques prévus au budget de la province ;

4° il ne peut être nommé à d’autres fonctions qui l’empêcheraient de bien remplir sa charge.

(Bo, n. 292; R, n. 265; T, 212)



93 bis – § I. – Ad centrum studiorum superiorum nec non universitatem consti­tuen­dam vel acceptan­dam, servatis a iure ser­vandis et condicionibus academicis habitis, requi­ritur :

1° petitio a capitulo pro­vinciali facta, expositis rationibus ;

2° decretum adprobatio­nis a magistro Ordinis datum.

93 bis. – [Ordination] § I. Pour consti­tuer ou accepter un centre d’études su­périeures ou encore une Université, étant sauves les dispo­sitions de droit et les conditions académiques, il est re­quis :

1° une demande faite par le chapitre provincial avec l’exposé des motifs ;

2° un décret d’approbation donné par le Maître de l’Ordre.

§ II. – Centra studiorum superiorum et universita­tes quae quomodo­cumque ad Ordinem per­tinent quotannis magistro Ordinis de statu proprio rationem reddant.

§ II. Les Centres d’Études supérieures et les Universités qui de quelque ma­nière appar­tiennent à l’Ordre, rendront compte de leur état propre chaque an­née au Maître de l’Ordre.

§ III. – Ad centrum stu­diorum specialium nec­non ad centrum for­ma­tionis permanentis consti­tuen­dum, requiritur ad­pro­batio prioris pro­vin­cialis cum suo con­silio, au­dita commis­­sione de vita intellectuali pro­vin­ciae.

§ III. Pour constituer un centre d’études spécialisées et pour le centre de la for­mation permanente est requise l’approbation du Prieur provincial en son conseil sur avis de la commission de la vie intellectuelle de la province.

94. – § I. – Gradus scien­tifici in Ordine sunt :

1° lectoratus ;

2° magisterium in sacra theologia.

94. – [Ordination] § I. Les grades scientifiques propres à l’Ordre sont :

1° le lectorat ;

2° la maîtrise en sacrée théologie.

§ II. – Si aliqua provincia opportunum duxerit, a gradu lectoratus conf­erendo abstinere potest.

§ II. Si une province l’estime opportun, elle peut s’abstenir de conférer le grade de lecteur.

95. – Examen lectoratus fiat iuxta modum et condiciones in Rationibus studiorum generali et particulari determinatas.

95. – [Ordination] L’examen de lectorat se fait selon le mode et les conditions précisés dans les chartes des études, tant générale que particulières.

96. – Magisterium in sacra theologia fratribus confertur qui in scientiis sacris, pro­mo­vendis eminentes agnos­cuntur.

Huiusmodi excellentia com­probatur capacitate reflexionem et inqui­si­tio­nem doctrinalem susci­tandi ac ducendi, necnon operibus eximii valoris editis atque auctoritate in campo scientifico etiam extra Ordinem iam asse­cuta.

96. – [Ordination] La maîtrise en sacrée théologie est conférée aux frères qui dans le progrès des sciences sacrées, sont considérés comme émi­nents.

Une telle excellence est prouvée par la capacité d’entreprendre et de conduire une réflexion et une recherche doctri­nales, par la publication d’œuvres de grande valeur et par l’autorité déjà ac­quise dans le domaine scientifique même en dehors de l’Ordre.

97. – § I. – Ut quis ad magisterium in sacra theologia promoveri pos­sit requiritur :

97. – [Ordination] § I. Pour que quelqu’un puisse être promu à la maî­trise en sacrée théologie, il est requis :

1° ut vita et prudentia sit commendabilis ;

1° qu’il soit recommandable par sa vie et sa prudence ;

2° ut, studiis comple­mentariis absolutis, la­bori intellectuali saltem per decem annos totaliter se devoverit ;

2° qu’après l’achèvement des études com­plé­mentaires, il se soit consacré totalement au travail intellectuel pen­dant au moins dix ans ;

3° ut a commissione de vita intellectuali provin­ciae capitulo provinciali provinciae sive affiliationis sive assignationis fratris, praesentetur et a duabus ex tribus partibus voca­lium eiusdem capituli, proponatur, vel a magistro Ordinis si agatur de fratre in conventibus vel institutis eidem immediate subiectis degente ; (K, n. 356)

3° qu’il soit présenté par la commission de la vie intellectuelle de la province au chapitre provincial de la province d’affiliation ou d’assignation du frère, et proposé par les deux tiers des vocaux de ce chapitre, ou bien par le chapitre de la province d’affiliation ou par le Maître de l’Ordre s’il s’agit d’un frère résidant dans un couvent ou un institut immé­diatement dépendant de lui ;

(K, n. 356)

4° ut de valore sui laboris et capacitate ad illum prosequendum sententiam favo­rabilem ferat com­missio ad minus trium in specialisatione scienti­fica promovendi peri­torum, qui a magistro Ordinis seli­gendi sunt ;

4° que sur la valeur de son travail et la capacité à le poursuivre, un avis favo­rable soit porté par une commission d’au moins trois experts dans la même spécialisation scientifique, qui sont choisis par le Maître de l’Ordre ;

5° ut a capitulo generali vel a magistro Ordinis cum suo consilio promo­veatur.

6° ut magister recenter promotus publicam lec­tionem det. (B, n. 245 ; P, n. 476)

5° qu’il soit promu par le chapitre gé­néral ou par le Maître de l’Ordre avec son Conseil.

6° que le maître récemment promu donne une leçon publique (B, n. 245 ; P, n. 476).

§ II. – Nemo ad ma­gis­te­rium in sacra theo­logia pro­moveri po­test nisi modo prae­dicto.

§ II. Personne ne peut être promu à la maîtrise en sacrée théologie si ce n’est de la manière susdite.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   46


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка