Livre des Constitutions et Ordinations des Frères de l’Ordre des Prêcheurs édition bilingue latin – français 2013




старонка5/46
Дата канвертавання24.04.2016
Памер2.87 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46

21. – Universus Ordo noster veluti religiosi omnes tamquam supremo Superiori subduntur Ro­ma­no Pontifici cui ob­oe­dire tenentur etiam vi voti oboedientiae (CIC n. 590).

21. – [Constitution] Notre Ordre tout entier, comme tous les religieux, est soumis au Pontife romain comme à son Supérieur suprême, à qui on est tenu d’obéir en vertu même du vœu d’obéissance (Can. 590).




22. – § I. – Fratres nostri ab inferiori auctoritate ad superiorem leviter non confugiant pro evasione cuiusvis impositae oboe­dientiae. Quod si fecerint, recursus non admittatur.

22. – [Ordination] § I. Nos frères ne re­courront pas à la légère d’une autorité inférieure à une autorité supérieure pour échapper à un ordre donné. S’ils le font, le recours ne sera pas admis.




§ II. – Si vero recursus rationabili de causa fiat frater prius oboediat nisi collato consilio cum gra­vioribus personis, eius­dem fratris ac superioris consensu selectis, con­stet grave damnum ex oboe­dientia secuturum.

§ II. Si le recours est fait pour une cause raisonnable, le frère obéira d’abord à moins que, après avis de per­sonnes de bon jugement choisies d’un commun accord par le frère et son su­périeur, il n’apparaisse qu’obéir en­traînerait un grave dommage.




23. – Si ad bonum Ordinis vel Ecclesiae necessarium sit ut fratri etiam cum notabili vitae periculo a su­perioribus aliqua mis­sio concredatur hoc tamen numquam fiat eo inconsulto. Tunc superior magna cum prudentia procedere tenetur habitis informationibus et audito voto fratrum discretorum.

23. – [Ordination] Si pour le bien de l’Ordre et de l’Église il est nécessaire que soit confiée à un frère, par les supé­rieurs, une mission comportant un no­table danger pour sa vie, cela cepen­dant ne sera jamais fait sans l’avoir consulté. Alors le supérieur est tenu d’agir avec une grande prudence, ren­seignements pris et après consultation de frères de jugement sûr.




24. – Prior provincialis aut capitulum provinciale non potest ullum fratrem omnino a subiectione erga superiorem localem eximere.

24. – [Ordination] Le Prieur provincial ou le chapitre provincial ne peut exempter totalement aucun frère de la soumission au supérieur local.




Art. III – De castitate

Article III - La chasteté




25. – Fratres, castitatem « propter regnum caelo­rum » promittentes, se­quan­tur vestigia s. Domi­nici qui virgini­tatem Dei amore tota vita illibatam ser­vans, ita animarum amore et zelo flagra­bat, quod « omnes homines largo excipie­bat caritatis sinu et, cum omnes dilige­ret, ab omnibus amabatur, se totum in proxi­morum curam atque miserorum compassionem effundens 80 ».

25. – [Constitution] Les frères, en pro­mettant la chasteté « en vue du royaume des Cieux », suivront les traces de saint Dominique qui, gardant toute sa vie par amour de Dieu une virginité sans tache, était si enflammé d’amour et de zèle pour les âmes qu’ « il accueillait tous les hommes dans le vaste sein de sa charité et puisqu’il aimait tout le monde, tout le monde l’aimait, tout entier donné qu’il était au souci du prochain et à la com­passion pour les malheureux 80 ».




26. – § I. – Professionem itaque castitatis tamquam eximium gratiae donum aesti­mare debemus, quo Deo facilius indi­viso corde adhaeremus et intimius conse­cra­mur ; atque vitam vir­ginalem Christi imi­tan­tes, qui amore Ec­clesiae tradidit semetipsum pro ea, voca­tio­ne nostra a­pos­tolica compulsi, Ec­cle­siae, ad pleniorem ho­mi­num amo­rem, totaliter de­di­ca­mur, et operi re­ge­ne­ratio­nis aeter­nae mi­nis­trantes, ap­tiores effi­cimur qui pa­ter­nitatem in Christo latius acci­pia­mus.

26. – [Constitution] § I. C’est pourquoi nous devons estimer la profession de chasteté comme un don éminent de la grâce par lequel nous nous unissons à Dieu plus facilement d’un cœur sans partage et nous lui sommes consacrés plus intimement ; de plus, imitant la vie chaste du Christ qui par amour de l’Église se livra lui-même pour elle, poussés par notre vocation apostolique, nous sommes donnés totalement à l’Église pour un plus parfait amour des hommes ; et, collaborant à l’œuvre de la régénération éternelle, nous sommes rendus plus aptes à recevoir plus large­ment le don qui fait de nous des pères dans le Christ.




§ II. – Castitatis exercitio, efficacius quoque cordis purificationem, spiritus libertatem et caritatis fer­vorem paulatim assequi­mur, et altius propterea, animi et corpo­ris domi­nium integrae­que personae pleniorem profectum, qui­bus sere­num atque saluti­ferum com­mercium cum omnibus hominibus perfi­cere possumus.

§ II. Par l’exercice de la chasteté, peu à peu nous obtenons plus efficacement la purification du cœur, la liberté spiri­tuelle, une charité ar­dente et par là, à un degré plus élevé, la maîtrise de l’âme et du corps et un accom­plis­sement plus total de toute la personne si bien que nous pouvons entretenir avec tous les hom­mes des rapports paisibles et por­teurs du salut.




§ III. – Casta insuper vita quam fratres profitentur, regni Dei iam nunc prae­sentis validum servi­tium et praeclarum testi­monium constituit, at­que insimul pecu­liare signum exsistit adventuri regni cae­lestis in quo Christus gloriosam Eccle­­siam sicut sponsam sibi ornatam exhi­bebit.

§ III. De plus, la vie de chasteté que les frères professent constitue un service ef­ficace et un témoignage éclatant du rè­gne de Dieu déjà présent maintenant ; elle paraît en même temps comme un signe privilégié du royaume céleste à venir où le Christ manifestera l’Église glorieuse comme l’épouse parée pour lui.




27. – § I. – Ad professio­nem castitatis in Ordine adspirantes, officia et di­gnitatem matrimonii debite agnoscant, quod amorem inter Christum et Eccle­siam repraesentat ; et in­telligant Dei gratia seipsos ad altiorem manifestatio­nem eiusdem amo­ris esse vocatos.

27. – [Constitution] § I. Ceux qui aspi­rent à la profession de chasteté dans l’Ordre, apprécieront à leur juste valeur le rôle et la dignité du mariage qui signi­fie l’amour entre le Christ et l’Église ; et ils comprendront qu’eux-mêmes sont appelés par la grâce de Dieu à une mani­festation plus haute de ce même amour.




§ II. – Cum autem obser­vantia perfectae continen­tiae profundiores naturae humanae inclinationes in­time attingat et cum in Or­dine nostro sit condicio ad ministerium apostolicum fructuose exer­­cendum, ne­cesse est ut fratres pro­gressi­ve maturitatem phy­sicam, psychicam et mo­ralem acquirant.

§ II. Mais comme la pratique de la continence parfaite touche intimement aux plus profondes ten­dances de la na­ture humaine et qu’elle est dans notre Ordre la condition de l’exercice fruc­tueux du ministère apostolique, il est né­ces­saire que les frères acquièrent pro­gres­sivement leur maturité physique, psychique et morale.




§ III. – Decursu evolutio­nis necessariae ad castita­tem profundius et firmius radi­candam, fratri­bus praebeantur po­si­tiva ins­titutio et apta subsi­dia, huma­na simul ac di­vina, ut ipsi difficulta­tibus et peri­culis feliciter superatis ad naturalem et super­natura­lem integra­tio­nem totius vitae af­fec­tivae pervenire queant.

§ III. Durant cette évolution nécessaire à l’enracinement plus profond et plus ferme de la chasteté, seront donnés aux frères une éducation positive et les moyens appropriés, tant humains que divins, pour qu’ils puissent parvenir, les difficultés et les périls franchis avec succès, à l’équilibre naturel et surnaturel de toute leur vie affective.




28. – § I. – Fratres nostri in continentia, non obs­tantibus discriminibus de­cursu vitae obventuris, fideliter perseverare et in­defesse proficere studen­tes, intimam com­munica­tionem cum Deo per ami­cabilem unio­nem cum Christo, in omni­bus vitae adiunctis procurent, eam­que Sacra Scriptura et Eu­charistiae mysterio nu­triant. Filiali quoque amore et devo­tione roborentur erga Dei Gene­tricem B. V. Mariam.

28. – [Constitution] § I. En dépit des crises pouvant survenir au cours de la vie, nos frères s’appliqueront à persévé­rer fidèlement dans la continence et à y progresser sans se lasser ; ils cultiveront dans toutes les circonstances de la vie une communion intime avec Dieu par l’union aimante avec le Christ et la nourriront grâce à la Sainte Écriture et au mystère de l’Eucharistie. Ils se forti­fieront aussi par leur amour filial et leur dévotion envers la bienheureuse Vierge Marie Mère de Dieu.




§ II. – Urgentiori pariter in dies Christi caritate, universali nempe divina amicitia, seipsos in a­postolico ministerio om­ni­bus omnia faciant ; atque in communi vita religiosae et apostolicae familiae, cui per castitatem arctiori vinculo uniuntur, dilec­tionem fraternam serenam­que ami­ci­tiam colant.

§ II. Toujours plus pressés par la charité du Christ, c’est-à-dire par cette amitié divine universelle, ils se feront tout à tous dans leur ministère apostolique ; de plus, dans la vie commune au sein de leur famille religieuse et apostolique à laquelle ils sont unis d’un lien plus étroit par la chasteté, ils pratiqueront l’affection fraternelle et une amitié sin­cère.




§ III. – Propriae fragilitatis conscii, fratres de suis vi­ribus non praesumant, sed mor­ti­fica­tionem ac sen­suum affec­tio­­num­que custodiam adhibeant abs­que timore tamen vel pu­silla­ni­mi­ta­te, et dum huma­niter cum omnibus sese ge­runt, omnia quae cas­tita­tem in periculum addu­cunt, ins­tinc­tu quo­dam spirituali respuant.

§ III. Conscients de leur propre fragilité, les frères ne présumeront pas de leurs forces, mais feront usage de la mortifi­cation et de la garde des sens et du cœur sans crainte ni pusilla­ni­mité, et tout en se montrant bienveillants à tous, ils re­pousseront par une sorte d’instinct spiri­tuel tout ce qui mettrait en danger leur chasteté.




§ IV. – Mediis quoque naturalibus opportune u­tantur quae ad mentis et cor­­po­ris sanitatem neces­saria vel conve­nien­tia sint.

§ IV. Ils useront également avec oppor­tunité des moyens naturels qui seraient nécessaires ou convenables pour leur santé physique et morale.




29. – Omnes fratres, prae­cipue vero superiores, communione fraterna per­moti nostrates qui diffi­cultatibus laborant circa castitatem, maximae ca­ri­tatis significa­tioni­bus ad­iu­vent, sincera sci­li­cet be­nevo­len­tia, preci­bus, ani­madversionibus, cunc­tis­que aliis pruden­tibus et effica­cibus auxi­liis.

29. – [Constitution] Tous les frères, mais principalement les supérieurs, mus par la communion fraternelle aideront ceux d’entre-nous qui souffrent de diffi­cultés quant à la chasteté, par des signes de la plus grande charité, à savoir une sincère bienveillance, des supplications, des remarques, et tout autre secours prudent et efficace.




Art. IV – De paupertate

Article IV - La pauvreté




30. – Aemulantes Apos­tolos qui sine auro, argento vel pecunia annuntiabant re­gnum Dei, s. Dominicus et fratres eius, secundum exigentias apos­tolatus sui tem­poris, proposuerunt non habere pos­ses­sion­es nec reditus neque pecu­niam et, dum praedicarent verbum evan­­ge­licum, men­dicare quotidie panem commu­nitatis. Haec fuit paupertas apostolica in initio Ordinis, cuius spiritu et nos animari oportet, secundum formas diversis tem­po­ribus et regionibus accommodatas.

30. – [Constitution] A l’imitation des Apôtres qui annonçaient le royaume de Dieu sans or, ni argent, ni monnaie, saint Dominique et ses frères, selon les exigences de l’apostolat de leur temps, fixèrent de n’avoir ni propriétés, ni re­venus, ni argent, et tandis qu’ils prêche­raient la parole de l’Évangile, de men­dier chaque jour le pain de la commu­nauté. Telle fut la pauvreté apostolique au début de l’Ordre dont il faut encore s’inspirer, en suivant des formes adap­tées à la diversité des temps et des lieux.




31. – § I. – Auscultantes Domino dicenti : « Vade, vende quae habes et da pauperibus et veni sequere me81 », decrevimus paupe­res esse et re et spiritu, ut, dum homines a divitiarum dominatu eripe­re conamur et ad superna bona convertere, simus ipsi de cupiditate victores per conformitatem cum Christo «qui propter nos egenus factus est ut illius inopia nos divites esse­mus82 ».

31. – [Constitution] § I. Dans l’écoute de ce que dit le Seigneur : « Va, vends tout ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, puis viens, suis-moi81 », nous avons décidé d’être pau­vres en fait et en esprit, pour que, nous effor­çant à arra­cher les hommes à la domi­nation des ri­chesses et à les tourner vers les biens d’en-haut, nous soyons nous-mêmes vain­queurs de la cupidité par notre conformité au Christ « qui s’est fait pauvre pour nous afin de nous enrichir par sa pauvreté82 ».




§ II. – Ille spiritus paupertatis urget nos ad reponendum thesaurum nostrum in iustitia regni Dei, vivida cum fiducia in Domino. Est libertas a servitute, immo a sollici­tudine rerum mun­danarum ut plenius adhae­reamus Deo, expeditius vacemus Deo, audacius loquamur de Deo. Ideo est parcitas erga nos, quae intimius nos sociat pauperibus evan­­geli­zan­dis ; sed est etiam libera­litas erga fra­tres et pro­ximos eum pro regno Dei, praesertim pro necessi­tatibus studii et ministerii salutis, libenter expendi­mus facultates « ut in omnibus quibus utitur transitoria necessitas su­per­e­mineat quae perma­net caritas83 ».

§ II. Cet esprit de pauvreté nous presse à mettre notre trésor dans la justice du rè­gne de Dieu avec une confiance vive dans le Seigneur. Il est libération de la servitude, bien plus, de l’in­quiétude des choses du monde afin d’adhérer à Dieu plus intensément, s’occuper de Dieu plus librement, parler de Dieu plus har­di­ment. Si bien qu’à l’égard de nous-mêmes, il est frugalité qui nous associe plus inti­me­ment aux pauvres à évangéli­ser, et à la fois largesse à l’égard de nos frères et du pro­chain quand, pour le rè­gne de Dieu, parti­culiè­rement pour les besoins de notre étude et de notre mi­nistère du salut, nous dépensons vo­lon­tiers nos biens « afin qu’en toute chose pé­ris­sable dont il nous faut user ici-bas, ce soit la charité impérissable qui l’emporte 83 ».




32. – § I. – Ideo pro­fessione nostra pro­mit­timus Deo nihil possidere iure proprietatis per­sonalis sed omnia ha­bere com­munia, atque eis uti ad bonum commune Or­dinis atque Ecclesiae sub ordi­natione supe­rio­rum.

32. – [Constitution] § I. C’est pourquoi par notre profession nous promettons à Dieu de ne rien posséder à titre person­nel, mais de tout avoir en commun et d’en user pour le bien commun de l’Ordre et de l’Église, sous le gouver­nement des supérieurs.




§ II. – Quapropter nemo ex fratribus bona, vel pe­cuniam, vel proventus quo­cumque modo ei obvenientia tamquam propria retinere potest sed om­nia tradat communitati.

§ II. En conséquence, aucun frère ne peut garder en propre biens, argent ou revenus, de quelque manière qu’ils lui proviennent mais il doit tout remettre à la communauté.




§ III. – Sed neque in ipsa communitate admittatur cumulus bonorum com­munium quae non in­ser­viant fini Ordinis seu mi­nisterio eiusdem eo quod adversantur pau­per­tati quam omnes singilla­tim et ut mem­bra com­munitatis professi sunt.

§ III. Pour la communauté elle-même, ne sera pas admis le cumul de biens communs qui ne serviraient pas à la fin de l’Ordre ou à son ministère parce que ce serait contraire à la pauvreté que tous, pour eux-mêmes et comme membres de la communauté, ont vouée par profes­sion.




33. – Cum paupertas tot hominibus necessitatem laboris strenui imponat pro victu tenui, fratres nostri efficax testi­mo­nium collec­tivum reddant, coram populo, impigre laborando in munere suo apos­tolico, sobrie vi­vendo de stipen­dio ple­rumque incerto et libenter de suis bonis pau­pe­rioribus communicando.

33. – [Constitution] Alors que la pau­vreté impose à tant d’hommes la néces­sité de travailler activement pour une modeste subsistance, nos frères rendront devant tous un témoignage collectif ef­ficace en travaillant avec ardeur dans leur fonction apostolique, en vivant so­brement d’un gain presque toujours in­certain et en donnant volontiers de leurs biens aux plus pauvres.




34. – § I. – Fratres ca­veant a novitatibus vel commoditatibus vitae con­quirendis, sed in om­nibus et ubique sobriam vitam ducant.

34. – [Ordination] § I. Les frères se garderont de rechercher les nouveautés et commodités de la vie mais en tout et partout ils mèneront une vie sobre.




§ II. – Provinciae, pers­pectis temporis, regio­num, personarum vel mi­nisteriorum adiunctis, mo­dum servandi pauper­tatem, iuxta normas ge­nerales et spiritum Ordi­nis, determinare possunt.

§ II. Les provinces, en fonction des cir­constances de temps, de lieu, de per­sonne ou de ministère, peuvent fixer la manière d’observer la pauvreté, selon les normes générales et l’esprit de l’Ordre.




35. – Superiores et syndici de communi ita sollicite procurent veris et iustis fratrum necessitatibus sub­venire, ut vita privata ma­neat prorsus exclusa.

35. – [Constitution] Les supérieurs et les syndics veilleront avec soin à subvenir aux vrais et justes besoins des frères dans le cadre de la communauté de sorte que toute vie privée soit absolument ex­clue.




36. – Cum « in necessita­tibus diei praesentis opor­teat unumquemque ali­quando occupari84 » reli­giosa pau­pertas postulat ut cuncti fratres conscii sint responsabilitatis suae erga vitam oeco­­no­micam con­ventus (cf. nn. 576-577).

36. – [Constitution] Comme «il faut que chacun consacre un temps aux nécessités quo­tidiennes84 » la pauvreté religieuse deman­de que tous les frères soient cons­cients de leur res­pon­sabilité à l’égard de la vie économique du couvent (cf. nn. 576-577).




37. – Conventus nostri, quacumque superfluitate et specie ostentationis devi­tatis, simplices sint et suo fini apti atque ita se­cun­dum mores loci et tempo­ris dis­po­nantur ut nemini offensam prae­beant.

37. – [Constitution] Nos couvents, évi­tant tout superflu et toute espère d’ostentation, doivent être simples et adaptés à leur but et ils seront disposés selon les coutumes du lieu et du temps de telle sorte qu’ils n’offensent per­sonne.




38. – § I. – Libros quosdam et instrumenta varia ad usum perso­na­lem fratres tenere pos­sunt, secundum deter­mi­na­tiones capituli pro­vin­cialis.

(P, n. 472 ; K, n. 353)

38. – [Ordination] § I. Les frères peu­vent avoir à leur usage personnel cer­tains livres et divers instruments, selon les déterminations du chapitre provin­cial.

(P, n. 472 ; K, n. 353)




§ II. – Quando fratres in alium con­ventum assi­gnantur, ea tantum secum affer­re possunt quae in determinationibus capi­tuli provinciae et statuto provinciali praevisa sunt.

(P, n. 472 ; K, n. 353)

§ II. Quand les frères sont assignés à un autre couvent, ils peuvent emporter seulement avec eux ce qui est prévu dans les déterminations du chapitre provincial et dans le statut provincial.

(P, n. 472 ; K, n. 353)




Art. V - De observantia regulari

Article V - L’observance régulière




39. – Observantia regu­la­ris a s. Dominico ex traditione assumpta vel ab eo innovata, conver­sa­tionem nostram ita ordinat ut in proposito pressius se­quendi Christum adiuve­mur et vitam apostolicam efficacius per­ficere possi­mus. Ut ergo in nostra vocatione fideles perma­neamus regu­larem obser­van­tiam plu­rimi mente faciamus, corde perdiliga­mus ac opere adimplere conemur.

39. – [Constitution] § I. L’observance régulière tirée de la tradition par saint Dominique ou instituée par lui, organise notre manière de vivre de telle sorte que nous soyons aidés dans notre propos de suivre le Christ de plus près et que nous puissions réaliser plus efficacement la vie apostolique. Pour demeurer fidèles à notre vocation, nous devons dans notre esprit faire le plus grand cas de l’observance régulière, dans notre cœur l’aimer et dans nos actes nous efforcer de l’accomplir.




40. – Ad regularem observantiam omnia ele­menta pertinent quae vitam domi­nicanam cons­ti­tuunt et per disci­plinam communem ordi­nant. Inter haec autem emi­net vita communis, cele­bratio litur­giae et oratio secreta85, vo­to­rum imple­tio, studium assi­duum veritatis et minis­te­rium apostolicum, ad quorum fidelem adim­pletionem nos adiuvant clausura, silen­tium, habi­tus et ope­ra paenitentiae.

40. – [Constitution] Relèvent de l’observance régulière tous les éléments qui constituent la vie dominicaine et l’organisent par la discipline commune. Parmi ceux-ci dominent la vie com­mune, la célébration de la liturgie et la prière secrète85, l’accom­plissement des vœux, l’étude assidue de la vérité et le ministère apostolique dont la réalisation fidèle nous est facilitée par la clôture, le silence, l’habit religieux et les œuvres de pénitence.




41. – Ut fratres nostri me­lius contemplationi et stu­dio vacare possint, ut inti­mitas quoque familiae au­geatur et ut fide­litas ac indoles vitae nostrae reli­giosae mani­festentur, clausura in con­ventibus nostris servanda est.

41. – [Constitution] Pour que nos frères puissent mieux s’adonner à la contem­plation et à l’étude, qu’ensuite grandisse l’intimité de la communauté, et enfin que soient manifestés la fidélité et le ca­ractère de notre vie religieuse, la clôture doit être observée dans nos couvents.




42. – Quoad egressum omnes fratres licentia superioris indigent quae pro deter­minato propo­sito generalis esse potest.

42. – [Ordination] Pour sortir, tous les frères doivent avoir la permission du Supérieur ; elle peut être générale pour un but déterminé.




43. – Ad longum iter vel absentiam prolongatam frater licentia compe­tentis superioris indiget iuxta determinationes sta­tuti provinciae. (P, n. 473, K, n. 354)

43. – [Ordination] Pour un long voyage ou une absence prolongée, un frère a besoin de la permission du supérieur compétent, selon les déterminations du statut provincial. (P, n. 473, K, n. 354)




44. – [Vacat]
(P, n. 474 ; K, n. 355)

44. – [Ordination, Abrogée]
(P, n. 474 ; K, n. 355)





45. – § I. – Frater per aliquod tempus mora­turus in territorio alterius pro­vinciae, tempestive mo­­neat respectivum prio­rem pro­vincialem, salvo semper n. 137.

45. – [Ordination] § I. Le frère devant séjourner pour quelque temps sur le ter­ritoire d’une autre province, devra aver­tir à temps le Prieur provincial concerné, étant sauf le n° 137.




1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка