Livre des Constitutions et Ordinations des Frères de l’Ordre des Prêcheurs édition bilingue latin – français 2013




старонка4/46
Дата канвертавання24.04.2016
Памер2.87 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46




Section première
La suite du Christ


SECTIO PRIMA
DE SEQUELA CHRISTI


Caput I - De consecratione religiosa.

Chapitre premier - La consécration religieuse.




Art. I – De vita communi

Article premier - La vie commune




2. – § I. – Quemadmo­dum ex Regula monemur, pri­mum propter quod in unum sumus congregati, est ut unanimes habite­mus in domo et sit nobis anima una et cor unum in Deo. Quae quidem unitas, ultra limites conventus, in communione cum pro­vincia et toto Ordine plenitudinem suam attin­git.

2. – [Constitution] § I. Comme nous en sommes avertis par la Règle, notre pre­mière raison d’être rassemblés en com­munauté, c’est d’habiter ensemble et d’avoir en Dieu une seule âme et un seul cœur. Et cette unité, par-delà les limites de chaque couvent, atteint sa plénitude dans la communion avec la province et l’Ordre tout entier.




§ II. – Vitae nostrae unanimitas, in caritate Dei radicata, exemplum praebere debet universa­lis in Christo recon­cilia­tionis quam verbo prae­dicamus.

§ II. L’unanimité de notre vie, enracinée dans la charité de Dieu, doit montrer l’exemple de la réconciliation univer­selle dans le Christ, que nous annonçons par notre parole.




3. – § I. – Sicut in Ec­clesia Apostolorum, ita et inter nos communio fundatur, aedificatur et stabilitur in eodem Spi­ritu, in quo Verbum a Deo Patre una fide recipimus, uno corde contemplamur et uno ore collaudamus ; in quo et unum corpus efficimur, qui de uno pane partici­pamus ; in quo demum omnia communia habemus et ad idem evangelizationis opus destinamur.

3. – [Constitution] § I. Comme dans l’Église des Apôtres, la communion en­tre nous est fondée, bâtie et affermie dans le même Esprit : en Lui, nous rece­vons le Verbe de Dieu le Père ; dans une même foi, nous le contemplons d’un même cœur et nous le louons d’une même voix ; en Lui, nous formons un seul corps, nous qui partageons le même pain ; en Lui, enfin, nous avons tout en commun et sommes destinés à la même œuvre d’évangélisation.




§ II. – Fratres per oboe­dientiam consentientes, per castitatis disciplinam amo­re altiori sociati, per paupertatem arctius ab invicem dependentes, Eccle­­­siam Dei, opera sua in mundo dilatandam in proprio conventu prius aedificent.

§ II. Communiant par l’obéissance, liés par un amour supérieur grâce à la disci­pline de la chasteté, plus étroitement dé­pendants les uns des autres par la pau­vreté, les frères doivent construire d’abord dans leur propre couvent l’Église de Dieu, qu’ils doivent faire croître dans le monde par leur effort.




4. – § I. – Ut unus­quisque conventus fra­terna sit communitas, omnes se invicem accep­tent et am­plectantur tam­quam eius­dem corporis membra, in­dole quidem et munere distincta, sed in vinculo caritatis et pro­fessionis aequalia.

4. – [Constitution] § I. Afin que chaque couvent soit une communauté frater­nelle, tous s’accueilleront et se considé­reront comme les membres du même corps, certes différents par leur caractère et leur fonction, mais égaux dans le lien de la charité et de la profession.




§ II. – Conscii respon­sabi­litatis suae erga bo­num commune, fratres munera intra conventum libenter suscipiant et in omnibus laboribus gau­dium eis sit aliorum par­tes habere at­que onera­tos, si quos vi­deant, adiuvare.

§ II. Conscients de leur responsabilité à l’égard du bien commun, les frères ac­cepteront volontiers les charges conventuelles et dans tous les travaux ils trouveront leur joie à partager la charge des autres et à aider ceux qu’ils verront accablés.




5. – Fratres libenter re­creationibus communi­bus participent, quibus mutua cognitio et com­munio fraterna foventur.

5. – [Ordination] Les frères participe­ront volontiers aux récréations commu­nes qui favorisent la connaissance mu­tuelle et la communion fraternelle.




6. – Ut cooperatio aposto­lica et fraterna communio uberiores affe­rant fructus, permagni interest omnium fratrum unanimis partici­patio : « bonum enim quod communiter approbatur cito et facile promove­tur68 ». Propterea in om­nibus conventibus collo­quia habeantur de vita apostolica et regulari promovenda.

6. – [Constitution] Pour que la coopéra­tion apostolique et la communion frater­nelle portent des fruits plus abondants, la participation unanime de tous les frè­res est de la plus haute importance : « en effet, toute décision ap­prouvée en com­mun est exécutée rapidement et sans dif­ficulté68 ». C’est pourquoi, dans tous les couvents, doivent se tenir des réunions en vue de promouvoir la vie apostolique et régulière.




7. – § I. – Ad vitam regu­larem fovendam, semel saltem in mense collo­quium habeatur in quo, moderante priore vel alio fratre ab eo designato, omnes fratres suam men­tem sincere et caritative aperire possint circa ar­gumentum praevie deter­minatum et tempestive adnuntiatum de iis quae officia et munera commu­nitatis respiciunt.

7. – [Ordination] § I. Pour favoriser la vie régulière, on tiendra, au moins une fois par mois, sous la direction du prieur ou d’un autre frère par lui dési­gné une réunion où tous les frères pour­ront en toute sincérité et charité expri­mer leur avis sur un sujet choisi à l’avance et annoncé à temps et en rela­tion avec les fonctions et tâches de la communauté.




§ II. – Aliquoties in anno pariter habeatur capitu­lum regulare in quo fra­tres, modo a capitulo conventuali determinato, examinent fidelitatem suam erga missionem apostolicam conventus et vitam regularem atque aliquam paenitentiam faciant. Hac occasione superior exhortationem circa vitam spiritualem et religiosam necnon oppor­tunas admonitiones et correc­tiones facere po­test.

§ II. Plusieurs fois dans l’année égale­ment, aura lieu un chapitre régulier dans lequel les frères examineront, de la manière déterminée par le chapitre conventuel, leur fidélité envers la mis­sion apostolique du couvent et la vie ré­gulière et feront quelque pénitence. A cette occasion le supérieur peut faire une exhortation sur la vie spirituelle et religieuse ainsi que les admonitions et corrections opportunes.




§ III. – Fratres qui sunt in periodo formationis col­loquia et capitula ha­beant sub respectivis ma­gistris, sed ad normam n. 309, § II, possunt quoque participare inte­gre vel partialiter adunationibus totius communitatis.

§ III. Les frères durant leur temps de formation auront des réunions et des chapitres avec leurs pères maîtres res­pectifs, mais conformément au n° 309 § II, ils peuvent participer aussi inté­gralement ou partiellement aux ré­unions de toute la communauté.




8. – Sedulo curent supe­riores ut fratres ob mi­nisterium extra conven­tum suae assignationis degen­tes saepe possint ad illum redire et ab aliis visitari. Communitas cum gaudio eos recipiat, enixe adiuvet et in eorum labo­ribus spiritu et opere partem habeat. Ipsi autem ministerium suum veluti membra communitatis exerceant ac libenter ad­sint adunationibus conventualibus ut in fer­vore apostolico ab aliis nutriantur eosque vicis­sim aedificare possint.

8. – [Ordination] Les supérieurs veille­ront soigneusement à ce que les frères résidant, en raison de leur ministère, hors de leur couvent d’assignation puis­sent y revenir souvent et être visités par les autres frères. La communauté les accueillera avec joie, les aidera de tout son pouvoir et s’associera à leurs tra­vaux en esprit et en acte. Eux-mêmes, de leur côté, exerceront leur ministère comme membres de la communauté et volontiers participeront aux réunions conventuelles afin d’être nourris dans leur zèle apostolique par les autres frè­res et de pouvoir en retour les enrichir.




9. – Ad exemplum s. Do­minici qui exstitit « pater et consolator infirmorum fratrum et eorum qui erant in tribulationibus69 » supe­rior diligentem curam ha­beat de infirmis et cum eis, etiam non petentibus, uta­tur dispensationibus op­portunis. Tam ipse quam omnes fratres eos sollicite visitent.

9. – [Constitution] A l’exemple de saint Dominique qui se montra « père et ré­confort des frères malades et de ceux qui étaient dans l’épreuve69 », le supé­rieur aura un soin attentif des frères malades et leur accordera, sans même qu’ils le demandent, les dispenses utiles. Lui-même aussi bien que tous les frères les visiteront avec sollicitude.




10.Fratres seniores vel sanitate debiliores talem in conventu locum obti­neant quo vitant com­mu­nem participare possint. Apta etiam eis cura prae­beatur et a cognatis ami­cisque visitari queant.

10. – [Ordination] Les frères âgés ou de santé déficiente occuperont dans le couvent un lieu tel qu’ils puissent parti­ciper à la vie commune. De plus, des soins adaptés leur seront donnés et ils pourront recevoir visite de leurs parents et amis.




11. – Ingravescente morbo, superior, per se vel per alium, audito medici consilio, fratrem dis­crete moneat ut tempes­tive sacramenta recipere possit.

11. – [Constitution] Si la maladie s’aggrave, le supérieur par lui-même ou par un autre, après consultation du mé­decin, avertira le frère avec discerne­ment afin qu’il puisse en temps voulu recevoir les sacrements.




12. – Communio nostra peculiari sollicitudine com­­plectatur fratres qui tribulationibus laborant.

12. – [Ordination] Notre communion doit entourer d’une particulière sollici­tude les frères qui sont en butte à l’épreuve.




13. – Erga illos qui defecerunt, dilectio nostra, di­vinae miseri­cordiae con­fidens, bene­volentia et auxiliis oppo­rtunis ostendatur.

13. – [Ordination] A l’égard de ceux qui ont fait défection, notre amour confiant en la miséricorde de Dieu se traduira par notre bienveillance et notre aide appropriée.




14. – Hospites affabiliter recipiantur ac benigne et caritative tractentur.

14. – [Ordination] Les hôtes seront re­çus avec affabilité et traités avec bonté et charité.




15. – § I. – Parentes et familiares fratrum debito cum honore et pietate pro­sequi oportet.

15. – [Constitution] § I. Les parents et les membres de la famille des frères doivent être entourés de respect et d’affection comme il convient.




§ II. – Fratres grati cor­de preces et merita sui la­boris apostolici cum be­ne­facto­ribus communi­cent, qui de bonis sive spi­ritualibus sive terrenis cum eis par­tem faciunt ut expeditiores inveniantur in opere Evan­gelii.

§ II. Avec profonde reconnaissance, les frères associeront à leur prière et au mé­rite de leur labeur apostolique les bien­faiteurs qui partagent avec eux biens spirituels ou matériels pour qu’ils puis­sent se consacrer avec plus de liberté à l’œuvre de l’Évangile.




16. – Fratres fideliter me­moriam recolant illorum qui in familia s. Dominici eos praecesserunt et « con­versatione exem­plum, com­munione con­sor­tium et inter­cessione subsi­dium70 » eis praebent. Gesta doctrinamque illo­rum conspiciant et diffun­dant. Suffragia insuper non desint defunctis fratri­bus.

16. – [Constitution] Les frères se sou­viendront fidèlement de ceux qui les ont pré­cédés dans la famille de saint Domi­nique et qui leur proposent « l’exemple de leur vie, le partage de leur commu­nion et le secours de leur interces­sion70 ». Ils méditeront et feront connaî­tre leurs actions et leur enseignement. De plus, ils n’omettront pas les suffra­ges pour les frères défunts.




Art. II – De oboedentia

Article II - L’obéissance




17. – § I. – Initio Ordinis, s. Dominicus a fratribus postulabat ut sibi promit­terent communitatem et oboedientiam71. Sese hu­militer submittebat72 dispo­sitionibus, praeser­tim legibus, quas habita plena deliberatione73 capitulum generale fratrum statuebat. Extra capitulum generale vero, oboedientiam volun­ta­riam74 ab omnibus exige­bat benigniter75 sane, sed corde constanti76, in his quae Ordi­nem guber­nans post dignam delibe­rationem77 ipse praecipie­bat. Commu­nitas quidem, ut in spiritu et missione sua fideliter permaneat, principio uni­tatis indiget quod per oboedientiam obtinet.

17. – [Constitution] § I. A l’origine de l’Ordre, saint Dominique demandait aux frères de lui promettre vie commune et obéissance71. Lui-même se soumettait humblement72 aux décisions, spéciale­ment aux lois, que le chapitre général des frères établissait après mûre délibé­ration73. Mais en dehors du chapitre gé­néral, il exigeait de tous l’obéissance volontaire74 avec bonté75 certes mais aussi avec fermeté76 dans tout ce que lui même en gouvernant l’Ordre avait prescrit après juste délibé­ration77. Pour demeurer fidèle à son es­prit et à sa mis­sion, la communauté a besoin du prin­cipe d’unité qu’elle ob­tient par l’obéissance.




§ II. – Propterea in profes­sione nostra unica promis­sio exprimitur, nem­pe oboedientiae magistro Or­dinis et successoribus eius, secundum leges Prae­dica­torum et ita unitas Ordinis et professio­nis servatur quae ab unitate capitis cui omnes oboedire tenentur dependet.

§ II. C’est pourquoi dans notre profes­sion une seule promesse est exprimée à savoir celle de l’obéissance au Maître de l’Ordre et à ses successeurs, selon les lois des Prêcheurs, et ainsi l’unité de l’Ordre et de la profession est assurée puisqu’elle dépend de l’unité du chef à qui tous sont tenus d’obéir.




18. – § I. – Per hanc autem professionem modo spe­ciali Christum imitamur qui voluntati Patris semper fuit subditus pro vita mundi, et ita arctius coniu­gimur Ecclesiae, ad cuius aedificationem una cum fratribus sub ductu supe­riorum, humano ministerio vices Dei gerentium, devo­vemur ad bonum commune Ecclesiae et Ordinis.

18. – [Constitution] § I. Par cette pro­fession nous imitons d’une manière spé­ciale le Christ, qui toujours fut soumis à la volonté du Père pour la vie du monde et ainsi nous sommes plus étroitement unis à l’Église que nous édifions en nous dévouant à son bien commun et à celui de l’Ordre en communion avec nos frères et sous la conduite des supérieurs qui tiennent la place de Dieu par leur ministère humain.




§ II. – Hoc bonum com­mune nobis etiam mani­festatur religiosis ac apostolicis exoptationibus communitatis atque in­terna illustratione Spiritus Sancti missionem Ordinis adiuvantis.

§ II. Ce bien commun nous est encore manifesté par les orientations religieuses et apostoliques de la communauté et par l’illumination intérieure de l’Esprit Saint qui soutient la mission de l’Ordre.




§ III. – Fratres nostri oboedire tenentur suis su­perioribus in omnibus quae pertinent ad Regulam (cf. n. 275, § I) et leges nostras. Non autem tene­mur, immo nec possumus oboedire in his quae sunt contra praecepta Dei et Ecclesiae vel contra leges Ordinis vel quae dispen­sationem superioris non admittunt ; in dubiis vero tenemur omnes oboedire.

§ III. Nos frères sont tenus d’obéir à leurs supérieurs en tout ce qui touche à la Règle (cf. n° 275 § I) et à nos lois. Cependant nous ne sommes pas tenus d’obéir, bien plus, nous ne le pouvons pour tout ce qui est contraire aux com­mandements de Dieu et de l’Église et aux lois de l’Ordre ou à ce qui n’admet pas dispense du supérieur ; dans le doute cependant tous sont tenus d’obéir.




19. – § I. – Inter consilio­rum vota eminet oboe­dientia, qua persona ipsa totaliter se Deo devovet, et cuius actus fini professio­nis qui est cari­tatis perfec­tio propinquiores exsis­tunt : per quam denique, omnia alia quae ad vitam apostolicam pertinent si­mul accipiuntur.

19. – [Constitution] § I. Parmi les vœux (exprimant) les conseils (évangéliques) prédomine l’obéissance, par laquelle la personne elle-même se voue totalement à Dieu, et ses actes sont plus proches de la fin de la profession qui est la perfec­tion de la charité ; avec elle enfin, sont acceptés ensemble tous les autres élé­ments de la vie apostolique.




§ II. – Quoniam autem per oboedientiam Christo et Ecclesiae coniungimur, quid­quid laboris et morti­ficationis in eius adim­ple­tione sustinemus veluti protractio est o­bla­tionis Christi et ratio­nem sacrifi­cii obtinet tum pro nobis cum pro Ecclesia in cuius consum­ma­tione totum crea­­tionis opus impletur.

§ II. Puisque par l’obéissance nous sommes unis au Christ et à l’Église, tout ce que nous supportons d’efforts ou de mortifications en la pratiquant est comme le prolongement de l’offrande du Christ et reçoit valeur de sacrifice tant pour nous-mêmes que pour l’Église, dont l’achèvement accomplit toute l’œuvre de la création.




§ III. – Oboedientia qua « nosmetipsos in corde superamus78 » maxime pro­dest ad interiorem illam consequendam liber­tatem quae est propria filiorum Dei et nos ad donationem in caritate disponit.

§ III. L’obéissance par laquelle « nous nous surpassons en notre propre cœur78 » est grandement utile pour ac­quérir cette liberté intérieure qui est propre aux fils de Dieu et nous dispose au don de nous-mêmes dans la charité.




20. – § I. – Boni commu­nis exigentia qua fratres oboedire tenentur, superio­res libenter eos audiant et praecipue in rebus maioris momenti cum eis oppor­tune consilia conferant, firma tamen sua auctori­tate praecipiendi quae agenda sunt. Sic tota communitas velut unum corpus in finem com­mu­nem caritatis se dirigere potest.

20. – [Constitution] § I. En raison de l’exigence du bien commun par laquelle les frères sont tenus d’obéir, les supé­rieurs les écouteront volontiers et parti­culièrement dans les affaires de plus grande importance en délibéreront avec eux opportunément, étant sauf cepen­dant leur pouvoir de décider ce qui doit être fait. Ainsi toute la communauté comme un seul corps peut tendre vers la fin commune de la charité.




§ II. – Cum autem Spiritus Sanctus specialibus quo­que talentis et charismati­bus Ecclesiam dirigat, su­pe­riores in auctoritatis exercitio diligenter fratrum peculiaria dona conspi­ciant, atque iudicent et ordinent quae a Spiritu Sancto in Ordine pro tem­pore et necessitate ad bo­num Ecclesiae suscitantur. Ideo tum in muneribus obeundis tum in inceptis suscipiendis, intra limites boni communis et secun­dum cuiusque indolem, congrua respon­sa­bilitas fratribus agnoscatur et li­bertas concedatur.

§ II. Mais comme l’Esprit Saint dirige aussi l’Église par des dons et des cha­rismes particuliers, les supérieurs dans l’exercice de leur autorité considéreront soigneusement les dons personnels des frères, jugeront et mettront en œuvre ce que l’Esprit Saint suscite dans l’Ordre, selon le temps et les besoins, pour le bien de l’Église. C’est pourquoi, dans l’accomplissement des tâches comme dans les initiatives à prendre, dans les limites du bien commun et selon le ca­ractère de chacun, la responsabilité qui convient sera reconnue aux frères et la liberté accordée.




§ III. – Superior de volun­tate Dei et de bono com­munitatis inquirens « non se existimet potestate do­minante sed cari­tate ser­viente felicem79 » et libe­rum officium non servilem subiectionem promoveat.

§ III. Le supérieur, cherchant la volonté de Dieu et le bien de la communauté, « ne s’estimera pas heureux de dominer par son pouvoir mais de servir par la charité79 »et il favorisera un service vo­lontaire et non une soumission servile.




§ IV. – Fratres vero in spi­ritu fidei et amoris erga Dei voluntatem atque in fraternae cooperationis animo superioribus suis respondentes, sincera mente cum eis sentire co­nentur et active et conside­rate impleant quae eis praecipiuntur. In officiis praestandis, o­boe­dientiam habere studeant promptam ac diligentem absque dila­tione et simplicem absque inutili inquisitione.

§ IV. Les frères, de leur côté, répondant à leurs supérieurs dans un esprit de foi et d’amour envers la volonté de Dieu et dans un désir de coopération fraternelle, s’efforceront sincèrement d’entrer dans leur pensée, et accompliront avec ardeur et soin ce qui leur aura été prescrit. Dans l’exécution de leurs tâches, ils s’appliqueront à manifester une obéis­sance prompte et diligente sans retard, et simple sans discussion inutile.



1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка