Livre des Constitutions et Ordinations des Frères de l’Ordre des Prêcheurs édition bilingue latin – français 2013




старонка3/46
Дата канвертавання24.04.2016
Памер2.87 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46

Constitution fondamentale

Constitutio fundamentalis

1 – § I. – Propositum Or­dinis his exprimebat verbis Honorius papa III s. Do­minico et fratribus eius scribens : «Is qui Eccle­siam suam nova semper prole fecundat 61, volens haec moderna tempora conformare prio­ribus et fidem catho­licam propa­gare, pium inspiravit vobis affectum quo, amplexi pauperta­tem et regularem vitam professi verbi Dei exhor­tationi vacetis, evan­ge­lizantes per orbem no­men Domini nostri Iesu Christi 62. »

1 – [Constitution fondamentale] § I. Le projet de l’Ordre s’exprime en ces ter­mes dans une bulle du pape Hono­rius III à Dominique et à ses frères : « Celui qui ne cesse de féconder 61 son Église par de nouveaux croyants, voulut conformer nos temps modernes à ceux des origines et diffuser la foi catholique. Il vous ins­pira donc le sentiment d’amour filial par lequel, embrassant la pauvreté et faisant pro­fession de vie régulière, vous consa­crez toutes vos forces à faire pénétrer la parole de Dieu, tandis que vous évangé­lisez par le monde le nom de Notre Sei­gneur Jésus-Christ62. »




§ II. – Ordo namque fra­trum praedicatorum a s. Dominico fundatus « spe­cia­liter ob praedi­cationem et animarum salutem ab initio nosci­tur institutus fuisse63 ». Fratres igitur nostri, iuxta praeceptum funda­toris, «ubique, tam­quam viri qui suam et alio­rum salutem procurare deside­rant, honeste et reli­giose se habeant, sicut viri evangelici, sui sequentes ves­tigia Salva­toris, cum Deo vel de Deo secum vel proximis loquendo64 ».

§ II. Car l’Ordre des Frères prêcheurs fondé par saint Dominique « fut, on le sait, dès l’origine spécifiquement ins­ti­tué pour la prédication et le salut des âmes63 ». Que nos frères par consé­quent, fidèles au précepte de leur fon­dateur, « se comportent partout en hommes qui cherchent leur salut et celui du prochain, en toute perfection et esprit religieux ; comme des hommes évangé­liques qu’ils suivent les pas de leur Sau­veur et ne parlent qu’à Dieu ou de Dieu, en eux-mêmes ou à leur prochain64 ».




§ III. – Ut autem per hanc sequelam Christi in caritate Dei et proximi perficiamur, professione Or­dini nostro cooptati Deo totaliter consecramur ac uni­versae Ecclesiae novo modo devo­ve­mur, integrae « evan­ge­li­zationi verbi Dei to­ta­liter deputati65 ».

§ III. Afin de croître en suivant ainsi le Christ dans l’amour de Dieu et du pro­chain, nous nous consacrons totalement à Dieu par la profession qui nous incor­pore à notre Ordre et nous voue à l’Église d’une façon nouvelle, « en nous députant totalement à l’évangé­lisation de la parole de Dieu65 » en son intégrité.




§ IV. – Apostolicae mis­sionis participes, vi­tam quoque Apostolorum se­cun­dum formam a s. Do­minico conceptam assu­­mimus, vitam communem unanimiter agentes, in pro­fessione consiliorum evan­gelicorum fideles, in com­muni celebra­tione liturgiae praesertim vero Eucharis­tiae et officii divini atque oratione ferventes, in stu­dio assidui, in regulari ob­servantia perseverantes. Haec omnia, non solum ad Dei gloriam et sanctifica­tionem nostram conferunt, verum etiam saluti homi­num directe inserviunt, cum ad praedicationem con­corditer praeparent ac impellant, eam informent et ab ea vicissim infor­mentur. Quibus elementis fir­miter inter se conexis, har­monice temperatis et mu­tuo se fecundantibus, in sua synthesi vita propria Or­­dinis constituitur, vita in­tegro sensu apostolica, in qua praedicatio et doc­trina ex abundantia con­tem­plationis procedere de­bent.

§ IV. Ayant part de la sorte à la mission des Apôtres, nous assumons aussi leur vie sous la forme conçue par saint Do­minique, nous efforçant de mener la vie commune dans l’unanimité, fidèles en notre profession des conseils évangéli­ques, fervents dans la célébration com­mune de la liturgie, spécialement de l’Eucharistie et de l’office divin, ainsi qu’en la prière, assidus à l’é­tude, persé­vérants dans l’ob­ser­van­ce régulière. Les valeurs ainsi réunies n’ont pas pour seul effet de glo­rifier Dieu ou de nous sancti­fier, elles travaillent aussi directement au salut des hommes, car toutes ensem­ble elles nous préparent et nous poussent à la prédica­tion, à laquelle elles confè­rent son mode particulier et de laquelle elles reçoivent le leur. Ces valeurs élé­mentaires solide­ment unies entre elles, harmonieusement équilibrées et fé­condées les unes par les autres, consti­tuent par leur synthèse la vie propre de l’Ordre, la vie apostolique au sens inté­gral du terme, dans laquelle la prédica­tion et l’enseignement de la doctrine doivent procéder de l’abondance de la contemplation.




§ V. – Cooperatores ordi­nis episcopalis per sacer­dotalem ordinationem ef­fecti, ut proprium officium habemus munus propheti­cum, quo, pro­spectis ho­minum, temporum et loco­rum condicionibus, Iesu Christi Evan­gelium verbo et exemplo ubique nun­tiatur, ut fides suscitetur vel profundius totam vitam informet in aedificationem Corporis Christi, quae in sacra­men­tis fidei comple­tur.

§ V. En notre qualité de coopérateurs de l’Ordre des évêques, de par l’ordination sacerdotale, nous avons pour office pro­pre la charge prophétique dont la mis­sion est d’annoncer partout l’Évangile de Jésus Christ par la parole et par l’exemple, en tenant compte de la situa­tion des hommes, des temps et des lieux, et dont le but est de faire naître la foi, ou de lui permettre de pénétrer plus profondément la vie des hommes en vue de l’édification du Corps du Christ, que les sacrements de la foi amènent à sa perfection.




§ VI. – Forma Ordinis, ut est societas religiosa, ex eius missione et commu­nione fraterna oritur. Cum enim verbi et sacramento­rum fidei ministratio sit officium sacerdotale, reli­gio nostra clericalis est, cuius missionem etiam fratres cooperatores, spe­ciali modo sacerdotium commune exercentes, plu­ribus rationibus partici­pant. Deputatio quoque totalis Praedicatorum ad proclamationem Evangelii verbo et opere in hoc ma­nifestatur, quod per pro­fessionem sollemnem vitae et missioni Christi sunt maxime et perpetuo co­niuncti.

§ VI. La mission de l’Ordre et la forme de sa communion fraternelle détermi­nent la figure de sa société religieuse. Puisque le service de la parole et des sa­crements de la foi est un office sacer­dotal, l’Ordre est une religion de type clérical, dont les frères coopérateurs, qui exercent d’une manière spéciale le sa­cerdoce commun, partagent eux aussi la mission de multiples façons. D’autre part, la profession solennelle qui lie en tout et pour toujours chaque prêcheur à la vie et à la mission du Christ, mani­feste qu’il est totalement député à la proclamation de l’Évangile par la parole et par l’exemple.




Cum Ordo ad omnes gen­tes missus sit, in unione cum tota Ecclesia, charac­terem habet universalem. Hanc vero missionem ut aptius adimplere possit, exemptione gaudet, atque valida unitate munitur in suo capite ma­gistro Ordi­nis, cui om­nes fratres pro­fessione imme­dia­te ligan­tur : studium enim et evangelizatio disponi­bili­tatem om­nium exigunt.

Envoyé prêcher à toutes les nations, collaborant avec l’ensemble de l’Église, l’Ordre est universel. Pour remplir cette mission d’une façon mieux adaptée, il jouit de l’exemption et possède grâce à son chef, le Maître de l’Ordre auquel tous les frères sont immédiatement reliés par leur profession, une puissante unité, car les études autant que l’évangélisation réclament la disponibilité de tous et de chacun.




Ex eadem missione Ordi­nis responsabilitas et gra­tia personalis fratrum, speciali modo affirmantur et promoventur. Unus­quisque enim frater, insti­tutione peracta, tamquam vir maturus aestimatur, cum alios homines doceat et multiplicia munera in Ordine assumat. Qua de causa, Ordo vult quod le­ges propriae non obligent ad culpam, ut fratres sa­pienter eas amplectantur : « non sicut servi sub lege, sed sicut liberi sub gratia constituti66 ».

En vue de cette mission, l’Ordre affirme et promeut chez les frères la grâce per­sonnelle et le sens des responsabilités. Chaque frère en effet, dès la fin de sa formation, est traité en adulte qui ensei­gne les autres et s’acquitte dans l’Ordre de multiples fonctions. Pour cette rai­son, l’Ordre a décidé que ses lois n’obligent pas à peine de péché, voulant que les frères les assument par un juge­ment de sa­gesse, « non comme esclaves sous la loi, mais comme libres sous la grâce66 ».




Ex fine tandem Ordinis, superior dispensandi habet potestatem « cum sibi ali­quando videbitur expedire, in his praecipue quae stu­dium vel praedicationem vel anima­rum fructum vi­debuntur impedire67 ».

C’est encore en fonction de la fin que le Supérieur a le pouvoir de dispenser « chaque fois qu’il l’estime opportun, principalement en tout ce qui pourrait faire obstacle à l’étude, à la prédication ainsi qu’au bien des âmes67 ».




§ VII. – Communio et uni­versalitas religionis nos­trae eius regimen quoque informant. In eo praestat participatio organica et temperata omnium partium ad proprium finem Ordinis prosequendum. Etenim, Ordo non limitatur ad fraternitatem conven­tua­lem, quamvis haec sit cellu­la fundamentalis, sed dilatatur in conventuum communione quae provin­ciam constituit et in provinciarum communione ex qua ipse constituitur. Quapropter, potestas eius, quae quidem uni­versalis est in capite, nempe in capitulo et magistro Ordinis, proportio­naliter participatur a provinciis et conventibus, congrua cum autonomia. Consequenter, re­gimen nostrum suo modo com­munitarium est ; nam superiores, per elec­tionem a fratribus factam et a superiore altiori confirmatam, ordi­na­­rie officium conse­quuntur. Ac praeterea, in expediendis negotiis maio­ris momenti, commu­nitates multipliciter partem habent in exercitio suae guberna­tionis per capitu­lum vel consilium.

§ VII. La communion et la mission uni­verselle de notre société religieuse configurent aussi notre type de gouver­nement. Ce qui domine en lui est la collaboration organique et équilibrée de toutes les parties dans la visée de la fin de l’Ordre. En effet, l’Ordre ne reste pas limité à la fraternité conventuelle, qui forme cependant sa cellule de base ; il s’épanouit en des communions de cou­vents qui constituent les provinces, et dans la communion des provinces par laquelle il est lui-même constitué. C’est pourquoi son pouvoir, qui est universel dans la tête, c’est-à-dire dans le Chapitre et le Maître de l’Ordre, se trouve pro­portionnellement participé par les pro­vinces et les couvents, dotés chacun de l’autonomie convenable. Notre gouver­nement, par conséquent, est commu­nautaire à sa propre façon. Les supé­rieurs reçoivent à l’ordinaire leur charge par l’élection que font les frères et que le supérieur immédiat confirme. En ou­tre, lorsqu’il s’agit d’affaires d’importance, les communautés partici­pent de multiples manières à l’exercice de leur propre gouvernement par le cha­pitre ou le conseil.




Quod quidem regimen communitarium idoneum est ad Ordinis promo­tionem et frequentem rec­ognitionem. Nam superio­res, et fratres per delegatos suos, in capitulis generali­bus priorum provin­cialium et diffinitorum, aequo iure ac li­ber­tate, communiter provident ut missio Ordi­nis promoveatur et ipse Ordo con­grue renovetur. Haec continua reco­gnitio, non solum ob spiritum pe­ren­nis con­ver­sio­nis chris­tianae ne­ces­saria est, sed etiam ob propriam voca­tionem Ordi­nis quae eum ad praesentiam in mundo unicuique generationi ac­co­mmo­da­tam impellit.

Ce gouvernement communautaire est particulièrement apte à promouvoir l’Ordre et à la rénover régulièrement. Les supérieurs, et les frères par leurs délégués, s’occupent communément, en des chapitres généraux de provinciaux et de définiteurs qui jouissent des mêmes droits et libertés, du progrès de l’Ordre en sa mission et de sa rénovation effi­cace. Ce n’est pas seulement l’esprit de conversion chrétienne permanente qui réclame cette mise au point continue ; c’est la vocation même de l’Ordre qui le presse d’assumer à chaque génération sa présence authentique au monde.




§ VIII. – Propositum fun­damentale Ordinis et forma vitae ab ipso pro­fluens momentum suum quocumque Ecclesiae tem­pore servant. Horum ta­men intelle­gentia et aesti­matio, sicut tradi­tione nostra docemur, quam ma­xime urgent cum maioris mutationis et evolutionis condi­ciones intersunt. His in adiunc­tis, Ordinis est animi cum fortitudine seipsum reno­vare eisque sese ap­tare, discernendo et pro­bando quae in votis ho­minum bona et utilia sunt, eaque assumendo in im­muta­bili harmonia ele­mentorum funda­men­talium vitae suae.

§ VIII. Le projet fondamental de l’Ordre et la forme de vie qui en découle gar­dent leur prix à tous les âges de l’Église. Mais notre tradition nous convainc qu’il est urgent au plus haut point de les com­prendre et de leur donner tout leur poids dans les situations où l’évolution du monde et les mutations s’accélèrent. Dans cette conjoncture, il appartient à l’Ordre de se renouveler en toute force d’âme et de s’adap­ter, en sachant dis­cerner et éprouver ce qu’il y a de bon et d’utile dans les aspirations des hommes et en les assumant dans l’im­muable équilibre des éléments fondamen­taux qui intègrent sa vie.




Quae quidem elementa apud nos substan­tialiter mutari non possunt et ins­pirare debent formas vi­vendi ac praedicandi Ec­clesiae hominumque ne­cessi­tatibus accommo­da­tas.

Ces éléments ne peuvent être substan­tiellement modifiés chez nous, car ils doivent inspirer les façons de vivre et de prêcher qui correspondent aux nécessi­tés de l’Église et des hommes.




§ IX. – Familia domini­cana coalescit ex fratri­bus clericis et cooperato­ribus, mo­nia­libus, soro­ri­bus, so­dalibus ins­ti­tu­to­rum sae­cularium atque frater­nita­tum sa­cer­dotum et laico­rum. Cons­titu­tio­nes et Ordi­natio­nes ta­men quae sequuntur solos fra­tres respiciunt, nisi a­liud ex­presse cavea­tur ; qua­rum praescriptis qui­dem ita necessariae unitati Ordinis con­suli­tur, quin necessaria di­ver­si­tas, iuxta ipsas le­ges, ex­cludatur.

§ IX. La Famille dominicaine rassemble les frères clercs et coopérateurs, les mo­niales, les sœurs, les membres des Ins­tituts séculiers et des Fraternités de prê­tres ou de laïcs. Sauf réserve expresse, les Constitutions et Ordi­na­tions qui sui­vent ne concernent que les frères. Leurs prescriptions doivent assurer d’une telle façon l’unité nécessaire de l’Ordre, qu’elles n’excluent pas la nécessaire di­versité prévue par la législation elle-même.




Distinction première
La vie des frères


DISTINCTIO PRIMA
DE VITA FRATRUM

Sectio prima. De sequela Christi : de consecratione religiosa, de sacra liturgia et oratione, de studio, de ministerio verbi, de habitudine fratrum ad alios coetus Ordinis et ad consociationes.



Sectio secunda. De insti­tutione fratrum : de prin­cipiis communibus, de vo­cationibus, de novitiatu, de professione, de institutione post novitiatum.



Section première. La suite du Christ : la consécration religieuse, la sainte litur­gie et la prière, l’étude, le ministère de la Parole, les rapports des frères avec les autres parties de l’Ordre et les associa­tions.

Section seconde. La formation des frè­res : les principes généraux, les voca­tions, le noviciat, la profession, la for­mation après le noviciat.



1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка