Livre des Constitutions et Ordinations des Frères de l’Ordre des Prêcheurs édition bilingue latin – français 2013




старонка1/46
Дата канвертавання24.04.2016
Памер2.87 Mb.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46


Livre
des Constitutions
et Ordinations
des Frères de l’Ordre
des Prêcheurs

édition bilingue


LATIN – FRANçAIS

2013


Livre
des Constitutions
et Ordinations
des Frères
de l’Ordre des Prêcheurs
édité par ordre
du Frère
Carlos Alfonso AZPIROZ COSTA
Maître de l’Ordre

LIBER
CONSTITUTIONUM ET ORDINATIONUM
FRATRUM ORDINIS PRAEDICATORUM
IUSSU
Fr. Carlos Alfonso AZPIROZ COSTA
MAGISTRI ORDINIS
EDITUS

Curie Généralice de l’Ordre des Prêcheurs

Santa Sabina, Rome

2013
Avertissement

A la suite de l’édition officielle de 1986 du Livre des Constitutions et Ordinations des frères de l’Ordre des Prêcheurs, la Province de Lyon avait procédé à une édition française en 1989, puis une nouvelle édition officielle du LCO ayant été publiée en 1998 par les soins de la Curie généralice à la demande du Chapitre géné­ral de Bologne, la Province de France procéda à une traduc­tion française non seulement du texte même des Constitutions et Ordinations, mais aussi des formulaires et de l’index.

Nous avions alors opté pour une édition entièrement bilingue, de telle sorte que le lecteur puisse se référer au texte latin qui seul fait foi et corriger par lui-même ce que notre traduction aurait de défectueux.

Depuis lors, trois chapitres se sont réunis et à la veille du chapitre de Rome, une édition typique latine a été publiée. C’est le texte latin de cette édition officielle que nous reproduisons dans la colonne de gauche en vis-à-vis du texte français, en y intégrant les modifications apportées à la suite de la publication des actes du chapitre général de Rome de 2010 et le chapitre général de Trogir qui s’est achevé le 8 août 2013.

Rome, le 10 décembre 2013


Fr. Philippe Toxé o.p.



Procurator generalis


Lettre du Frère
Carlos Alfonso Azpiroz Costa,
Maître de l’Ordre


In Dei Filio Dilectis Fratribus omnibus Ordinis Praedicatorum


Nos

Fr. Carolus Alphonsus Azpiroz Costa, o.p.

S. Theologiae Professor

Ac totius


Ordinis Praedicatorum

Humilis Magister et Servus

Priorum provincialium Capitulus Generalis, anno bismillesimo septimo (MMVII) celebratus, Libri Constitutionum et Ordinationum novam editionem, latina lingua, recognitam atque aptatam a Magistro Ordinis expetivit (cf. ACG 2007 n. 240).

Annis iam tum intercessis quadraginta a Capituli River Forest promulgatione LCO lata, exoptatum est LCO textum, anno MCMLXIX auctoritate fratris Aniceti Fernández primum editum, iterum promulgare.

Perspecto decursu celebrationum capitulorum generalium, processus re­cognitionis totius Libri Constitu­tio­num incepit a Capitulo Generali Bogotae celebra­to, anno MCM­LXV, quo tempore extre­ma sessio Concilii Vatica­ni II conventum habuit.

Ordo noster, in medio Ecclesiae, constanter pro­positum excoluit vitae re­ligiosae rectam et effi­ca­cem renovationem pro­mo­vendi. Recognitio tunc ef­fecta est tamquam, verbi gratia, “musicus con­cen­tus quadripartitus com­plectens”: seriem quaes­tionum universo Ordini mense Novembris MCM­LXVI transmissam; extra­ordinarium congressum provincialium et perito­rum (Ro­mae, mense Sep­tembris MCMLXVII); subtile o­pus peculiaris commissionis, cui nomen centralis, (qui a mense Novembris MCMLXVII usque ad mensem Maii MCML­XVIII operam de­dit); opus denique con­fec­tum a fratribus capitu­lari­bus a­pud River Forest in Statis Foederatis Ame­ri­cae (mensibus Sep­tem­bris et Octobris MCM­LX­VIII).

Hac in nova editione eadem principia et methodus servata sunt ac in editionibus a fratre Damiano Byrne annis MCMLX­XXIV et MCMLXXXVI et a fratre Timothy Radcliffe anno MCMICVIII promulgatis. Qua re merito editionum antecedentium ipsa verba repetere decet: « Cum autem editio ita proposita multimodis perfici posset, intentio fuit librum potius practicum in luce dandi. Quamobrem in praesenti editione textus in duas partes dividuntur. In prima parte leges vim obligandi habentes inveniuntur, seu omnes constitutiones et ordinationes quae nunc obligant. Praeterea in calce paginae notantur mutationes pro constitutionibus (inchoationes et adprobationes) sine ordinatione tamen propositae. In secunda parte textus inveniuntur, qui etsi nullam vim obligandi in praesens habent, tamen eam in legislatione nostra iterum assumere possunt; nempe sive agitur de constitutionibus per inchoationem vel adprobationem cum ordinatione suspensis, sive agitur de aliquibus ordinationibus pro quibus alius textus propositus et acceptatus fuit ».

Iam inde a capitulo generali Walberbergensi (cf. ACG 1980 n. 184) « aliquae mutationes factae sunt quibus substantia legis non afficitur (cf. LCO n. 276 § I). Hoc factum est seu ad accommodandos textus cum nova legislatione ecclesiastica, seu ad componendos textus cum aliis numeris, seu ad redigendum clariorem textum. Etiam in redactione huius editionis aliquae mutationes secundum illas rationes factae sunt. Hae mutationes sine referentia ad capitula respectiva insertae sunt, sed in actis horum capitulorum inveniri possunt, vel ut mutationes mere materiales intelligi possunt » (sive technicae).

In conventu nostro Bononiensi custodiuntur –inter alia– duae reliquiae insignes Patris nostri, videlicet, baculum viatoris ad instar litterae “T” et cultellinus. Baculus quodammodo missionem, “vade et praedica” (1), significat quam sanctus Dominicus ab apostolis Petro et Paulo accepit. Cultellinus memoriae nostrae tradit dictum sancto Dominico adscriptum in primo Ordinis capitulo generali (Bononiae MCCXX), cum agitabatur de legum Ordinis vi obligandi: “Si hoc crederetur (id est quod leges Ordinis ad culpam obligent), ipse vellet ire semper per claustra, et omnes regulas cum cultellino suo delere” (2).

LCO quem frater, qui professionem emittit, tenet in manibus suis, fultis vicissim manibus accipientis professionem Ecclesiae nomine, nos in ipsa missione communiter incor­porat quae nobis cum fiducia et oboedientia com­missa est, eadem libertate gaudentes a sancto Domi­nico et ab eius primis fra­tribus nobis tradita. Intima et magnanima libertas est, quia Ordo vult quod leges propriae non ad culpam obligent, ut fratres sa­pienter eas amplec­tantur (3), non sicut servi sub lege, sed sicut liberi sub gratia constituti (4). Quae libertas iam patefit ex ipso iure in dispensationis le­ge, a primordiis in Consti­tutionibus nostris intro­duc­ta. Haec libertas con­sociat et astringit omnes fratres ad sinceram, maturam et responsabilem participationem in regimine Ordinis sive verbo sive suffragio sive iure petendi et proponendi. Mutantibus temporum conditionibus, fratrum libertas et frequenti permutatione le­gum et strenuitate aptatio­nis coalescit, sicut mos est in Ordine, qui fere octa­vum iam saeculum historiae suae feliciter peragit.

Haec LCO nova editio nos magis magisque penitus impellat ad communiter et oboedienter vivendum, laeto animo, pristino amore fideles.

Datum Romae, e curia nostra generalitia, ad S. Sabinam, die vicesima prima mensis Maii, memoria beati Hyacinthi Mariae Cormier, LXXVI magistri Ordinis, anno Domini bismillesimo de­ci­mo.


A tous les frères
de l’Ordre des Prêcheurs,
bien aimés dans le Fils de Dieu

Nous,


Frère Carlos Alfonso Azpiroz Costa, Professeur en Sacrée Théologie et humble Maître et Serviteur
de tout l’Ordre des Prêcheurs
Le Chapitre Général des prieurs provinciaux, célébré en 2007 a souhaité que soit préparée par le Maître de l’Ordre, une nouvelle édition revue et mise à jour, en langue latine, du Livre des Constitutions et Ordinations (cf. ACG 2007 n. 240).

Quarante années s’étant écoulées depuis la promulgation du LCO par le chapitre de River Forest, on a souhaité publier à nouveau le texte de la promulgation de la première édition du LCO de 1969, faite sous l’autorité du frère Aniceto Fernández.

En tenant compte dy rythme des célébrations des Chapitres généraux, le processus de révision intégrale du Livre des Constitutions et ordinations a commencé au Chapitre général de Bogota qui a été célébré en 1965, à l’époque de la dernière session du Concile Vatican II.
Notre Ordre, in medio Ecclesiae, a constamment cultivé le propos de promouvoir une rénovation authentique et efficace de la vie religieuse. Cette révision a été faite à travers une « symphonie constitutive en quatre mouvements » : le questionnaire envoyé en novembre 1966 à tout l'Ordre ; unCongrès extraordinaire de provinciaux et d’experts (Rome, septembre 1967) ; la tâche délicate de la Commission Centrale (qui travailla de novembre 1967 à mai 1968) ; finalement le travail des frères capitulaires réunis à River Forest aux Etats-Unis d’Amérique (en septembre et octobre 1968).

Dans cette nouvelle édition, on a observé les mêmes principes et la méthode qui avaient été suivis dans les éditions promulguées par le Frère Damian Byrne en 1984 et en 1986 et par le Frère Timothy Radcliffe en 1998. C'est pourquoi il convient de reprendre les mots mêmes utilisés dans ces éditions précédentes : « Comme l'édition envisagée pourrait se faire de diverses manières, on a visé à produire un livre avant tout pratique. C’est pourquoi dans la présente édition le texte est divisé en deux parties. Dans la première partie, on trouve les lois qui sont en vigueur, à savoir toutes les constitutions et ordinations qui obligent actuellement. En outre, en bas de page, on indique les modifications proposées pour les constitutions (inchoations et approbations) mais sans ordination. Dans la seconde partie, se trouvent les textes qui pour l’heure ne sont pas obligatoires, mais qui pourtant pourront être remis en vigueur dans notre législation, ou parce qu'il s'agit de constitutions qui ont été suspendues par mode d’inchoation ou d’approbation avec ordination, ou parce qu'ils se réfèrent à des ordinations pour lesquelles un autre texte a été proposé et accepté ».



Depuis le chapitre de Walberberg (cf. ACG 1980, n. 184) « on a fait quelques modifications qui n'affectent pas la substance de la loi (cf. LCO n. 276 § I). Ceci a été fait soit pour mettre le texte en accord avec la nouvelle législation ecclésiastique, soit pour l'harmoniser avec d'autres numéros, soit pour rédiger un texte plus clair. Dans la rédaction de cette édition, on a aussi introduit quelques modifications pour ces mêmes raisons. Ces modifications se sont insérées sans référence aux chapitres généraux respectifs, mais elles peuvent être trouvées dans les actes de ces chapitres, en sorte que l’on puisse les considérer comme de simples  modifications » (techniques).
Dans notre couvent de Bologne, sont conservées, entre autres, deux reliques insignes de Notre Père, à savoir son bâton de voyageur en forme de « T » et un petit couteau. Le bâton symbolise d'une certaine manière la mission que Saint-Dominique a reçue des Apôtres Pierre et Paul : « Vade et prædica » (1). Le petit couteau nous rappelle une phrase attribuée à Saint Dominique pendant le premier Chapitre Général de l'Ordre (Bologne 1220) dans lequel on discutait au sujet du caractère obligatoire des lois de l'Ordre : « Si l’on avait considéré (que les lois de l'Ordre étaient obligatoires sous peine de péché), lui-même serait allé dans les couvents et avec son petit couteau, aurait effacé toutes les règles » (2).
Le LCO, que le frère qui fait profession tient dans ses mains, elles-mêmes soutenues par les mains de celui qui la reçoit au nom de l’Eglise, nous incorpore communautairement à cette même mission qui nous a été confiée dans l’obéissance et la confiance, jouissant de la liberté que Saint Do­minique et ses premiers frères nous ont transmise. C’est une liberté profonde et magnanime, puisque l'Or­dre veut que ses lois n'obligent pas à peine de péché pour que les frères les accomplissent avec sagesse, « non comme des esclaves sous la loi mais comme des hommes libres sous la grâce » (4). Cette liberté qui est aussi exprimée par le droit lui-même dans la dispense de la loi, a été introduite dès l'origine dans nos constitutions. Cette liberté associe et oblige chaque frère à une participation sincère, prudente et responsable dans le gouvernement de l'Ordre, à travers sa voix, son vote, et le ius petendi et proponendi (le droit de pétition et de proposition). Les conditions historiques évoluant, la liberté des frères se concrétise par la mutabilité des lois et la dynamique de l'adaptation comme il est de coutume dans l'Ordre qui achève avec bonheur presque huit siècles d'histoire.
Que cette nouvelle édition du LCO nous oblige plus profondément à vivre joyeusement en communauté dans l’obéissance, fidèles à l'amour initial.
Donné dans le Couvent de Sainte Sabine, Rome, le 21 mai, mémoire du Bienheureux Hyacinthe-Marie Cormier, 76ème Maître de l'Ordre, en l'Année du Seigneur 2010.


frater Carolus A. Azpiroz Costa, OP

magister Ordinis
frater Christophorus Holzer, OP

secretarius generalis

Prot. n° 50/10/362 – LCO


1 Constantinus de Orvieto, Legenda, 25.

2 Humbertus de Romanis, De vita regulari, Ed. J.J. Berthier, Romae, Typis A. Befani 1889, Vol. II, XIII, pag. 46.

3 LCO 1 § VI



4 Regula s. Augustini, 8; cf. Epistula ad Romanos 6,14.





Lettre du Frère
Aniceto Fernandez,
Maître de l’Ordre




In Dei Filio

nobis dilectis

fratribus omnibus

Ordinis Praedicatorum

Nos

Fr. Anicetus Fernandez



S. Theologiae Professor

ac totius Ordinis

Fr. Praedicatorum

Humilis magister et servus

salutem atque legum nostrarum

observantiam




à tous les frères de l’Ordre des Prêcheurs

bien aimés dans le Fils de Dieu

nous

Fr. Aniceto Fernandez

Professeur en Sacrée Théologie

Humble Maître et serviteur

de tout l’Ordre des Prêcheurs,

salut et observance de nos lois


I

Concilii Oecumenici Vaticani II decretum de accommodata renovatione vitae religiosae, cui titulus Perfectae caritatis, ita statuerat: “Accommodata renovatio vitae religiosae simul complectitur et continuum reditum ad omnis vitae christianae fontes primigeniamque institutorum inspirationem et aptationem ipsorum ad mutatas temporum condiciones. Quae renovatio sub impulsu Spiritus Sancti et Ecclesia duce, promovenda est secundum principia quae sequuntur:

a) cum vitae religiosae ultima norma sit Christi sequela in Evangelio proposita, haec ab omnibus institutis tamquam suprema regula habeatur;

b) in ipsum Ecclesiae bonum cedit ut instituta peculiarem suam indolem ac munus habeant. Ideo fideliter agnoscantur et serventur Fundatorum spiritus propriaque proposita, necnon sanae traditiones, quae omnia cuiusque instituti patrimonium constituunt;

c) omnia instituta vitam Ecclesiae participent, eiusque incepta et proposita ut in re biblica, liturgica, dogmatica, pastorali, oecumenica, missionali et sociali, iuxta propriam suam indolem, sua faciant et pro viribus foveant;

d) instituta, de hominum temporumque condicionibus deque Ecclesiae necessitatibus, congruam cognitionem apud sodales promoveant; ita ut mundi huius aetatis adiuncta in lumine fidei sapienter diiudicantes, atque zelo apostolico exardescentes, efficacius hominibus subvenire valeant;

e) cum vita religiosa ante omnia ad hoc ordineur ut sodales Christum sequantur et Deo uniantur per professionem consiliorum evangelicorum, serio perpendendum est optimas accommodationes ad necessitates temporis nostri peractas effectum non sortiri, nisi animentur renovatione spirituali, cui semper etiam in operibus externis promovendis primae partes tribuendae sunt.

Ratio vivendi, orandi et operandi hodiernis sodalium condicionibus physicis et psychicis, necnon, prout ab indole cuiusque instituti requiritur, apostolatus necessitatibus, culturae exigentiis, circumstantiis socialibus et oeconomicis, ubique, praesertim in missionum locis, apte conveniat.

Secundum eadem criteria examini quoque subiciatur regiminis ratio institutorum.

Quapropter constitutiones, “directoria”, libri usuum, precum et caeremoniarum aliique id genus codices, congruenter recognoscantur atque, iis praescriptis suppressis quae obsoleta sint, documentis huius Sacrae Synodi aptentur.

Efficax renovatio et recta accommodatio obtineri nequeunt nisi cooperantibus omnibus instituti sodalibus.

Normas autem accommodatae renovationis statuere et leges ferre, necnon sufficienti prudentique experientiae locum dare, competentium tantum auctoritatum est, praesertim capitulorum generalium, salva, quatenus necessaria sit, adprobatione Sanctae Sedis et Ordinariorum locorum, ad normam iuris. Superiores vero, in his quae ad totius instituti sortes spectant, sodales suos apto modo consulant et audiant ...

Meminerint tamen omnes spem renovationis ponendam esse magis in diligenti regulae et constitutionum observantia, quam in multiplicandis legibus”. (5)

Die vero 6 augusti 1966 litterae apostolicae Ecclesiae Sanctae Motu proprio datae, normas ediderunt ad decretum Perfectae caritatis exsequen­dum, prout sequitur: “Omnium superiorum et sodalium cooperatio necessaria est ad vitam religiosam in seipsis renovandam, ad spiritum capitulorum praeparandum, ad ipsorum opus peragendum, ad leges et normas a capitulis latas fideliter observandas.

Ad accommodatam renovationem promovendam in singulis Institutis congregetur intra duos vel ad summum tres annos speciale capitulum generale, ordinarium vel extraordinarium.

Hoc capitulum in duas periodos distinctas, temporis spatio generatim non ultra annum protracto, dividi poterit, si ita ipsum capitulum secreto suffragio decreverit.

Consilium generale in hoc capitulo parando amplae et liberae consultationi sodalium apte provideat et eiusdem consultationis exitus opportune ordinet ut opus capituli adiuvetur et dirigatur. Hoc autem efficere poterit, e.g. capitula conventualia et provincialia audiendo, commissiones constituendo, series quaestionum proponendo, etc.

Hoc capitulum generale ius habet quasdam normas constitutionum mutandi ad experimentum, dummodo finis, natura, indoles Instituti serventur. Experimenta contra ius commune, prudenter quidem facienda, pro opportunitate libenter a Sancta Sede permittentur.

Haec experimenta protrahi possunt usque ad proximum capitulum generale ordinarium, cui facultas erit eadem prorogandi, non tamen ultra aliud capitulum immediate subsequens” (6).

“Uniuscuiusque Instituti leges generales haec fere elementa complectantur:

a) principia evangelica et theologica de vita religiosa eiusque unione cum Ecclesia, atque apta et certa verba quibus “agnoscantur et serventur Fundatorum spiritus propriaque proposita, necnon sanae traditiones quae omnia cuiusque Instituti patrimonium constituunt”; (7)

b) normas iuridicas necessarias ad Instituti indolem, fines mediaque clare definienda, quae normae nimis multiplicandae non sunt sed semper adaequato modo exprimi debent (8).

Utriusque elementi, spiritualis nempe et iuridici, unio necessaria est ut Institutorum codices praecipui stabile fundamentum habeant, eosque verus spiritus et norma vitalis pervadant; cavendum est igitur ne conficiatur textus vel tantum iuridicus vel tantum exhortatorius (9).

Ex Institutorum codice fundamentali ea excludantur quae iam obsoleta sint, aut secundum consuetudines alicuius aetatis mutabilia, vel moribus mere localibus respondentia.

Illae vero normae, quae praesenti aetati, sodalium condicionibus physicis, psychicis necnon peculiaribus rerum adiunctis respondeant, ponantur in codicibus additiciis, qui directoria, libri usuum, vel aliis nominibus vocantur” (10).


I

Le décret du Concile Vatican II sur une rénovation adaptée de la vie religieuse, intitulée «Perfectae Caritatis», établit ce qui suit:



« La rénovation et l’adaptation de la vie religieuse comprennent à la fois le retour continu aux sources de toute vie chrétienne ainsi qu’à l’inspiration originelle des instituts et, d’autre part, l’adaptation de ceux-ci aux conditions nouvelles d’existence. Une telle rénovation doit s’accomplir, sous l’impulsion de l’Esprit Saint et la direction de l’Église, selon les principes suivants :

a) La norme ultime de la vie religieuse étant de suivre le Christ selon l’enseignement de l’Évangile, cela doit être tenu par tous les instituts comme leur règle suprême.

b) Le bien même de l’Église demande que les instituts aient leur caractère et leur fonction propres. C’est pourquoi on mettra en pleine lumière et on maintiendra fidèlement l’esprit des fondateurs et leurs intentions spécifiques de même que les saines traditions, l’ensemble constituant le patrimoine de chaque institut.

c) Tout institut doit participer à la vie de l’Église et, tenant compte de son caractère propre, faire siennes et favoriser de tout son pouvoir ses initiatives et ses projets; ainsi dans le domaine biblique, dogmatique, pastoral, œcuménique, missionnaire et social.

d) Les instituts doivent promouvoir chez leurs membres une suffisante information de la condition humaine à leur époque et des besoins de l’Église, de sorte que discernant avec sagesse, à la lumière de la foi, les traits particuliers du monde d’aujourd’hui et brûlant du zèle apostolique, ils soient à même de porter aux hommes un secours plus efficace.

e) Comme la vie religieuse est ordonnée avant tout à ce que ses adeptes suivent le Christ et s’unissent à Dieu par la profession des conseils évangéliques, il faut bien voir que les meilleurs adaptations aux exigences de notre temps ne produiront leur effet qu’animées par une rénovation spirituelle. À celle-ci on doit toujours attribuer le rôle principal même dans le développement des activités extérieures.

L’organisation de la vie, de la prière et de l’activité doit être convenablement adaptée aux conditions physiques et psychiques actuelles des religieux et aussi, dans la mesure où le requiert le caractère de chaque institut, aux besoins de l’apostolat, aux exigences de la culture, aux conditions sociales et économiques ; cela en tout lieu, mais particulièrement dans les pays de mission. »

« D’après les mêmes critères, on soumettra aussi à l’examen le système de gouvernement des instituts. »

« Il faut donc réviser de façon appropriée les constitutions, les « directoires », les coutumiers, les livres de prières, de cérémonies et autres recueils du même genre, supprimant ce qui est désuet et se conformant aux documents de ce saint Concile. »

« Une rénovation efficace et une juste adaptation ne peuvent s’obtenir qu’avec le concours de tous les membres de l’institut. »

« Mais fixer les normes et légiférer dans ce but, ou permettre une expérimentation suffisante et prudente, relève uniquement de l’autorité compétente, notamment des chapitres généraux, avec l’approbation si c’est nécessaire du Saint Siège ou de l’Ordinaire du lieu, aux termes du droit. De leur côté, les supérieurs devront, s’il s’agit de questions intéressant tout l’institut, en consulter les membres de manière opportune et entendre leur avis… »

« Cependant, l’on se souviendra que l’espoir d’une rénovation doit être mis dans une observance plus consciencieuse de la règle et des constitutions, plutôt que dans la multiplicité des lois » (5).


D’autre part, le 6 août 1966 le motu proprio "Ecclesiae Sanctae", publia des normes, pour appliquer le décret "Perfectae caritatis", dans les termes suivants.

« La coopération de tous les supérieurs et membres des instituts religieux est nécessaire pour renouveler la vie religieuse en elle-même, préparer l'esprit des Chapitres, mener à terme leur oeuvre et observer fidèlement les lois et les normes promulguées par ces derniers ».

« Pour promouvoir la rénovation adaptée dans chaque institut, sera convoqué un Chapitre général spécial, ordinaire ou extraordinaire, dans un délai de deux ou, tout au plus, trois années ».

« Ce Chapitre pourra être divisé en deux périodes différentes, sans que l’on puisse prolonger cet espace de temps au-delà d'une année, si le Chapitre lui-même le décrétait ainsi par vote secret ».

« Dans la préparation de ce Chapitre, que le Conseil général promeuve de la manière qui convient, une vaste et libre consultation des religieux et organise opportunément le résultat de la consultation pour aider et faciliter la tâche du Chapitre. Ceci pourra être effectué, par exemple, en entendant les Chapitres conventuels et provinciaux, en établissant des commissions, en présentant des questionnaires, etc. ».

« Ce Chapitre général a le droit de modifier "ad experimentum" quelques normes des Constitutions ou, dans le cas des Orientaux, des Typica, pourvu qu'on conserve la fin, la nature et les caractéristiques de l'institut. Le Saint-Siège autorisera avec bienveillance les essais contraires au droit commun, qui doivent être effectués avec prudence, en accord avec les circonstances ».

« Ces expériences peuvent être prolongées jusqu'au prochain Chapitre général ordinaire, lequel aura la faculté de les proroger, mais non au-delà d'un autre Chapitre immédiatement postérieur » (6).

« Les lois générales de chaque institut doivent inclure les éléments suivants :

a) Les principes évangéliques et théologiques sur la vie religieuse et son union avec l'Église, et les paroles adéquates et opportunes par lesquelles " on reconnaît et maintient l'esprit et les buts propres du fondateur, ainsi que les saines traditions, tout ce qui constitue le patrimoine de chaque institut" ; (7)

b) Les normes juridiques nécessaires pour définir clairement la nature, les fins et les moyens de l'institut, lesquels ne doivent pas être multipliés avec excès, mais doivent adéquatement être exprimées» (8).


« L'union des deux éléments, spirituel et juridique est nécessaire, pour que les codes principaux des instituts aient un fondement stable et soient imprégnés du véritable esprit et des normes vitales ; par conséquent on doit éviter la rédaction d'un texte simplement juridique ou purement exhortatif » (9).

« On doit exclure du Code fondamental des instituts ce qui est désuet, ou changeant selon les coutumes des temps, ou ce qui répond à des coutumes simplement locales ».


« Ces normes qui s'adaptent à la vie actuelle, aux conditions physiques et psychiques des religieux et aux circonstances particulières de la réalité concrète, doivent être mises dans les annexes appelées "Directoires", "coutumiers" ou de tout autre manière » (10).


II

Omnia haec praescripta Concilii Oecumenici et Sanctae Sedis etsi ab omnibus cognita, iterum in memoriam revocare bonum existimamus, ut iterum omnes religiosi nostri rite intellegant quale magnum et difficile opus fuerit aggrediendum pro constitutionum nostrarum recognitione, sicut numquam in historia Ordinis evenerat.

Per duos annos ingens labor protractus est; praeparatio textus recogniti fuit diligens, sapiens et sollicita, etsi deficientiae ut in omni opere humano accidit, adfuerunt. Sed methodus perfecta sub aspectu technico, licet desiderabilis, longius tempus et expensas notabiles exegisset, dum nec necessaria videbatur nec a Concilio nec a S. Congregatione pro religiosis imposita aut commendata.

Elenchus quaestionum elaboratus ad omnes religiosos Ordinis in primis transmissus fuit ut responsiones darent et alia manifestarent si vellent. Responsiones duo millia quingentae pervenerunt. Numerus sat magnus, praesertim si consideremus perplures responsiones mentem cuiusdam coetus et non individuorum exprimere.

Responsiones praedictae in sex mille quingentes quinquaginta sex sententias ordinatae sunt a triginta patribus, per unum mensem ad hoc insimul coadunatis. Pariter per unum mensem congressus provincialium et peritorum summaria sententiarum attente consideravit et disceptavit plus quam mille quingentis publicis interventionibus postquam primis diebus mentes omnium informatae sunt per expositionem a specialibus peritis factam de problematibus et aspectibus societatis hodiernae quae magis ad rem nostram attinent et de statu actuali Provinciarum. In hoc con­gressu tercentae octoginta et novem conclusiones ha­bitae sunt tamquam nor­mae considerandae in bo­num futurae recognitionis textus constitutionum.

Deinde peculiaris commissio, cui nomen centralis, per fere sex menses coadunata strenue laboravit ad schema recognitum conficiendum, attentis animadversionibus super illo a provinciis subinde manifestatis.

Ex supradictis inceptis revera dici potest capitulum generale, apud River Forest celebratum, sufficientem informationem habuisse de problematibus quae nostram aetatem urgent, necnon tempus pariter habuisse textum constitutionum parandi, prout res humanae permittunt. Praeterea, ulterior consideratio per duos menses patribus capitularibus tributa est. Textus propositus a singulis commissionibus, secundum materiam, statim capitularibus submissus fuit ut animadversiones in scriptis diligentius manifestarent; quibus acceptis textus revisus in sessionibus plenariis post explanationem relatoris publicis discussionibus submissus est.

Quod evenit maxima cum libertate, ita ut interventiones in sessionibus plenariis numerum mille nongentae octoginta octo attinxerint. Demum secreta votatio pro adprobatione textus.



II

Bien que toutes ces prescriptions du Concile Œcuménique et du Saint-Siège, soient connues de tous, nous considérons qu'il est bon de les rappeler une fois de plus, pour que de nouveau, tous nos religieux comprennent adéquatement l'ampleur et la difficulté qu’a supposé la tâche, sans précédent dans l'histoire de l'Ordre, de la révision de nos constitutions.

Cet énorme travail s’est prolongé pendant deux années ; la préparation du texte révisé a été diligente, sage et attentionnée, même si, comme cela arrive dans toute oeuvre humaine, il y a eu des insuffisances. Une méthodologie techniquement parfaite, toujours désirable, aurait exigé un temps beaucoup plus grand et des frais notables, mais elle n’a pas paru nécessaire et ni le Concile ni la Sacrée Congrégation des religieux ne l'ont imposée ou recommandé.
Dans premier lieu on a adressé à tous les religieux de l'ordre un catalogue de questions pour qu’ils y répondu et ajoutent, s’ils le désiraient, d’autres questions. Deux mille cinq cents réponses ont été reçues, ce qui constitue un chiffre assez important surtout si l’on tient compte du fait que beaucoup de d'elles exprimaient l’opinion de quelques groupes et non des avis individuels.

Les réponses mentionnées ont été ordonnées selon six mille cinq cents cinquante-six propositions, grâce au travail réalisé par trente pères réunis à cet effet pendant un mois. Un congrès de provinciaux et d’experts, eux aussi pendant un mois, a examiné attentivement et a discuté le contenu de ces propositions au cours de plus de mille cinq cents interventions publiques, après a été instruit, dans les premiers jours, au travers d'un exposé, fait par des experts spéciaux, à propos des problèmes et des aspects de la société contemporaine qui nous concernent davantage, étant donné l'état actuel des provinces. Dans ce congrès, trois cents quatre-vingt-neuf conclusions ont été rédigés comme normes à prendre en compte de pour la bonne réussite de la future révision du texte des constitutions.


Postérieurement une commission spéciale, dénommé centrale, s’est réunie pendant presque six mois travaillant activement à l'élaboration du schéma révisé, et a tenu compte des avertissements présentés postérieurement sur le même sujet de la part des provinces.

Partant de ces prémisses, on peut vraiment dire que le chapitre général célébré à River Forest, a eu une information suffisante à propos des urgents problèmes de notre temps, et qu'il a bénéficié, également, du temps nécessaire pour préparer le texte des constitutions, dans la limite de ce que permettent les entreprises humaines. En plus les pères capitulaires ont disposé de deux mois pour faire de nouvelles réflexions. Le texte proposé par chaque commission sur les matières de sa compétence, a ensuite été soumis aux capitulaires pour qu’avec la diligence nécessaires, ils fassent leurs observations par écrit; une fois celles-ci reçues, le texte révisé fut soumis à la discussion dans les séances plénières publiques, après les opportunes explications d'un rapporteur.

Ces discussions se sont déroulées dans la plus grande liberté, de telle façon que les interventions dans les séances plénières ont atteint le chiffre de mille neuf cent quatre-vingt-huit. Finalement on a procédé, par vote secret, à l’appro­ba­tion du texte.


III

Iam praesides octo commissionum capituli generalis River Forest celebrati breve commentarium publici iuris fecerunt super textu a singulis commissionibus parato et proposito ordinem materiae illustrante necnon nexum inter varios articulos et numeros, insertas innovationes etc. Quare parum de hoc dicendum.

In initio libri, constitutio fundamentalis praeclare asserit propositum Ordinis utendo verbis Honorii Papae III qui Dominico et fratribus eius scribebat: “Is qui Ecclesiam suam nova semper prole fecundat, volens haec moderna tempora conformare prioribus et fidem catholicam propagare, pium inspiravit vobis affectum quo, amplexi paupertatem et regularem vitam professi, verbi Dei exhortationi vacetis, evangelizantes per orbem nomen Domini nostri Iesu Christi”. Quod propositum semper ante oculos habitum est in redigendo textu.

Quoad vitam regularem indoles positiva totius expositionis statim apparet; item momentum consecrationis religiosae et vitae communis. Character communitarius orationis liturgicae quem tam fortiter asserit constitutio Sacrosanctum concilium, necnon valde deminutum tempus officio chorali sacrum, melius iustificat suppressionem dispensationis a sequela chori.

Oratio privata commendatur secundum antiquissimam traditionem Ordinis, Quoad studia, aspectus apostolicus et communitarius studiorum nostrorum affirmatur. Antiqua figura lectoris conventualis reviviscit, illa vero promotoris provincialis primo statuitur. Ministerium verbi characterem pro nobis habet universalem: ad populum fidelem ut fides nutriatur; ad populum infidelem ut fides suscitetur; ad coetus universitarios secundum traditionem Ordinis, ut sacra doctrina propugnetur; ad fratres separatos ut unitas Ecclesiae foveatur; ad operarios demum ut testimonium Evangelii detur et veritas quoque inter illos diffundatur. Novus textus de institutione fratrum favet progressivae integrationi fratrum cum tota communitate, tam in vita ac regimine quam in apostolatu, cum responsabilitate ipsius communitatis in eadem fratrum institutione.

Duo praecipua criteria in renovatione legislationis de regimine adhibita sunt: primum, maioris participationis fratrum; alterum, maioris decentralizationis seu autonomiae provinciarum. Privilegia, quibusdam officiis antea conexa, suppressa sunt. Quaedam innovatio magni momenti in electionibus: fratres cooperatores, eodem modo ac clerici voce activa fruuntur et membra eligi possunt consilii conventualis et provincialis, necnon in socios prioris vel delegatos capituli provincialis. Textus administrationem oeconomicam respiciens in unum colligit omnes normas administrativas quae usque adhuc diversis in locis dispersae erant, et attentis peculiaribus adiunctis modernae exigentiae hac in re, late disserit de principiis administrationis oeconomicae, de modo administrandi et de administratione in specie.

Constitutio vero fundamentalis, quae est textus principalis et ante omnes alios codificatus, vitae nostrae elementa essentialia continet, quae substantialiter mutari non possunt.

Inter autem alia ibi legitur: “Apostolicae missionis participes, vitam quoque Apostolorum secundum formam a s. Dominico conceptam assumimus, vitam communem unanimiter agentes, in professione consiliorum evangelicorum fideles, in communi celebratione liturgiae, praesertim vero Eucharistiae et officii divini, atque oratione ferventes, in studio assidui, in regulari observantia perseverantes. Haec om­nia, non solum ad Dei gloriam et sanctificationem nostram conferunt, verum etiam saluti hominum directe inserviunt, cum ad praedicationem concorditer praeparent ac impellant, eam informent et ab ea vicissim informentur. Quibus elementis firmiter inter se conexis, harmonice temperatis et mutuo se fecundantibus, in sua syntesi vita propria Ordinis constituitur, vita integro sensu apostolica, in qua praedicatio et doctrina ex abundantia contemplationis procedere de­bent” (11). Ita rite indicata est missio Ordinis nostri prout Concilium Oecumenicum Vaticanum II petierat, dicens: “Fideliter agnoscantur et serventur Fundatorum spiritus propriaque proposita, necnon sanae traditiones, quae omnia cuiusque instituti patrimonium constituunt” (12).

Et revera sicut primaeva testimonia asserunt: “erat venerabili patri (Dominico) consuetudo continua, ut totam diem impenderet lucris animarum aut sedulis praedicationibus insistendo, aut confessionibus audiendo, vel ceteris operibus caritatis operam dando” (13). Fundator noster “in se regulam rigide et integre observabat et volebat a fratribus observari”(14) ; “virgo fuit mente et corpore usque ad finem vitae suae”(15) ; “paupertatem diligebat et hortabatur fratres ad paupertatem”(16) ; “stabat in matutinis circumeundo utramque partem chori monendo et sollicitando eos ut alte et devote cantarent” (17) ; “semper volebat fratres intentos lectioni” (18) ; “semper cum Deo vel de Deo loquebatur” (19).


III

Les présidents des huit commissions du chapitre général célébré à River Forest, ont déjà publié un bref commentaire sur le texte préparé et proposé par chacune d'elles, qui explique l'ordre des matières, le lien entre les divers articles et numéros, les innovations introduites, etc. C’est pourquoi, il n’est pas nécessaire d’en dire plus sur ce sujet.

Au commencement du livre, la Constitution fondamentale exprime merveilleusement le propos de l'Ordre en utilisant les paroles du Pape Honorius III qui écrivait à Dominique et à ses frères: « Celui qui ne cesse de féconder son Église par de nouveaux croyants, voulut conformer nos temps modernes à ceux des origines et diffuser la foi catholique. Il vous ins­pira donc le sentiment d’amour filial par lequel, embrassant la pauvreté et faisant pro­fession de vie régulière, vous consa­crez toutes vos forces à faire pénétrer la parole de Dieu, tandis que vous évangé­lisez par le monde le nom de Notre Sei­gneur Jésus-Christ6. » Ce propos a été d'une manière permanente en vue au moment de rédiger le texte.

Quant à la vie régulière, apparaît tout de suite le caractère positif de tout l'exposé, ainsi que l'importance de la consécration religieuse et de la vie commune. Le caractère communautaire de l’oraison liturgique, si fortement souligné par la constitution " Sacrosanctum concilium", ainsi que la remarquable diminution du temps consacré à l’office choral, justifient mieux la suppression de la dispense à l'assistance au choeur.

L’oraison privée est recommandée selon la très ancienne tradition de l'Ordre. Quant à l'étude, on a affirmé la dimension apostolique et communautaire de nos études. On a rétabli l’antique figure du lecteur conventuel et créé celle du promoteur provincial. Pour nous, le ministère de la Parole revêt un caractère universel: au peuple fidèle, pour nourrir la foi; aux non croyants, pour susciter la foi; aux groupes universitaires, selon la tradition de l'Ordre, pour la défendre la doctrine sacrée; aux frères séparés, pur favoriser l'unité de l'Eglise; au monde du travail, enfin, pour donner témoignage de l'évangile et pour que la vérité se répande aussi parmi eux.

Le nouveau texte à propos de la formation des frères favorise la progressive intégration des frères dans la communauté, dans la vie et le gouvernement comme dans l'apostolat, responsabilisant la propre communauté dans la formation même des frères.

Dans le renouvellement de la législation sur le gouvernement, on a appliqué deux critères fondamentaux: le premier, une plus grande participation des frères; le second, une plus grande décentralisation et autonomie des provinces. Les privilèges qui auparavant accompagnaient certaines charges ont été supprimés. Dans les élections, quelques innovations de grande importance ont été introduites : les frères coopérateurs, de la même manière que les clercs, jouissent de la voix active et peuvent être élus membres du conseil conventuel et provincial, et socii du prieur ou délégués pour le chapitre provincial. Le texte sur l’administration économique a rassemblé tous les normes administratives qui jusqu'à présent étaient dispersées dans différents endroits, et tenant compte des circonstances particulières des temps actuels dans ce domaine, on traite amplement des principes de l'administration économique, de la manière d’administrer comme de l'administration en particulier.

La constitution fondamentale, qui est le texte principal et qui est codifié avant tous les autres, contient les éléments essentiels de notre vie qui ne peuvent pas être substantiellement modifiés.


Entre autres, on y lit : «Ayant part de la sorte à la mission des Apôtres, nous assumons aussi leur vie sous la forme conçue par saint Do­minique, nous efforçant de mener la vie commune dans l’unanimité, fidèles en notre profession des conseils évangéli­ques, fervents dans la célébration com­mune de la liturgie, spécialement de l’Eucharistie et de l’office divin, ainsi qu’en la prière, assidus à l’é­tude, persé­vérants dans l’ob­ser­van­ce régulière. Les valeurs ainsi réunies n’ont pas pour seul effet de glo­rifier Dieu ou de nous sancti­fier, elles travaillent aussi directement au salut des hommes, car toutes ensem­ble elles nous préparent et nous poussent à la prédica­tion, à laquelle elles confè­rent son mode particulier et de laquelle elles reçoivent le leur. Ces valeurs élé­mentaires solide­ment unies entre elles, harmonieusement équilibrées et fé­condées les unes par les autres, consti­tuent par leur synthèse la vie propre de l’Ordre, la vie apostolique au sens inté­gral du terme, dans laquelle la prédica­tion et l’enseignement de la doctrine doivent procéder de l’abondance de la contemplation.» (11). Est ainsi décrite de façon adéquate la mission de notre Ordre, comme l'a demandé le Concile œcuménique Vatican II en disant: « on mettra en pleine lumière et on maintiendra fidèlement l’esprit des fondateurs et leurs intentions spécifiques de même que les saines traditions, l’ensemble constituant le patrimoine de chaque institut » (12).

En effet, comme l’affirment les témoignages primitifs: « c’était une coutume constante du vénérable père (Dominique) d’employer tout le jour à gagner les âmes, soit par le zèle de sa prédication, soit en écoutant les confessions ou en se livrant à d’autres oeuvres de charité » (13). Notre fondateur « a observé personnellement la règle d'une manière intégrale et rigoureuse, et il a voulu que ses frères fassent de même » (14); « il est resté vierge de corps et d'âme jusqu'à la fin de sa vie » (15); « il a aimé la pauvreté et a exhorté ses frères à l'aimer » (16); « il participait aux matines en parcourant les deux cotés du choeur pour conseiller et inciter les frères pour qu’ils chantent hautement et dévotement » (17); « il a voulu que les frères se consacrent toujours à l'étude » (18); « il parlait toujours avec Dieu ou de Dieu » (19).



IV

Nunc autem super Librum constitutionum et ordinationum, ac praesertim super textum constitutionis fundamentalis necnon super vitam Patris nostri Dominici, probent seipsos fratres, ut se recognoscere possint illius filios. Proinde omnes fratres, et in primis postulantes, quos Ordo eodem amore amplectitur quo Pater noster Dominicus ipsos recipiebat, sciant Ordinem peculiarem indolem habere inter plurimas vitae religiosae formas Spiritu Sancto afflante institutas, ut uniuscuiusque Dei donum ac charisma probentur.

Asserit enim Concilium Oecumenicum Vaticanum II quod “in ipsum Ecclesiae bonum cedit ut instituta peculiarem suam indolem ac munus habeant” (20) ; et iterum: “e consilio divino mirabilis varietas coetuum religiosorum succrevit, quae valde contulit, ut Ecclesia, non solum ad omne opus bonum instructa et ad opus ministerii in aedificationem Corporis Christi parata sit, sed etiam variis donis filiorum suorum decorata appareat sicut sponsa ornata viro suo et per eam innotescat multiformis sapientia Dei” (21).

Omnes demum meminerint opus renovationis secundum fidelitatem erga Patrem nostrum Dominicum ab Ecclesia praescriptum ad melius sequendum Christum et ad efficacius hominum necessitates subveniendas secundum exigentias temporum, effectum non sortiri sine profunda renovatione spirituali quae omnes novas structuras informare debet; cum illa vita interior deest vel debilis est, structurae meliores nullum effectum producunt; sed cum vita interior adest efficaciter supplere potest structuras imperfectas.

En, fratres dilectissimi, leges nostrae, novae vel noviter formulatae, tam indefesso labore et amore ab omnibus mediate vel immediate paratae, omnesque a capitulo generali adprobatae. Perfectae adhuc non sunt, sed non est magnum incommodum, quia possibilitas adest illas perficiendi per capitula generalia sicut mos est in Ordine.

Haec omnia explicare voluimus, ut omnes novas constitutiones non solum sine praeiudicio infundato et damnoso recipiamus, sed cum amore et humilitate; cum fervore insuper et diligentia in praxim illas deducentes, cum amore et fervore spiritus vivificantes, signa tem­porum in meliorem partem semper interpretantes, non obstantibus difficultatibus hodiernis, sicut decet eos qui fiduciam ante omnia in Deo omnium bonorum largitore ponunt.



IV

Maintenant, donc, que les frères s’examinent eux-mêmes à propos du livre des constitutions et ordinations, et très spécialement sur le texte de la constitution fondamentale et la vie de notre père Dominique, pour qu’ils puissent se reconnaître comme ses enfants. Par conséquent tous les frères, et dans premier lieu ceux qui aspirent à l'être, et que l'Ordre embrasse avec le même amour, comme notre père Dominique les a reçu, sachent que l'Ordre a un caractère propre, parmi les diverses formes de vie religieuse établies par l'inspiration de l'Esprit saint pour manifester chacun des dons et charismes de Dieu.

En effet, le concile oecuménique Vatican II affirme que « Le bien même de l’Église demande que les instituts aient leur caractère et leur fonction propres » (20); et ajoute: « se développa providentiellement une admirable variété de communautés religieuses qui contribuèrent beaucoup à ce que l’Église non seulement fût apte à toute bonne œuvre (cf. 2 Tm 3, 17) et prête pour l’exercice de son ministère en vue de l’édification du Corps du Christ (cf. Ep 4, 12), mais encore apparût embellie des dons variés de ses enfants comme une épouse parée pour son époux (cf. Ap 21, 2), et que par elle fussent manifestées les ressources multiples de la sagesse de Dieu (cf. Ep 3, 10) » (21).

Enfin, tous doivent se rappeler que l'oeuvre du renouvellement dans la fidélité à notre père Dominique, comme l’a prescrit l'Eglise pour mieux suivre le Christ et répondre plus efficacement aux besoins des hommes selon ce que requièrent les temps, ne peut pas se réaliser sans un profond renouvellement spirituel qui imprègne toutes les nouvelles structures; lorsque cette vie intérieure n’existe pas ou est faible, les meilleures structures sont inefficaces; mais lorsque la vie intérieure existe, elle peut suppléer efficacement l'imperfection des structures.

Voici, frères bien aimés, nos lois: nouvelles ou récemment formulées, préparés par tous, de manière médiate ou immédiate, avec un amour et un travail infatigable, et toutes approuvées par le chapitre général. Elles ne sont pas encore parfaites, mais cela n'est pas le plus grand inconvénient puisque, comme c’est la coutume dans l'Ordre, il y a la possibilité de les améliorer par le moyen des chapitres généraux.

Nous avons voulu expliquer tout ceci afin que tous nous recevions les nouvelles constitutions non seulement sans préjugés non fondés mais avec amour et humilité; en les mettant en pratique avec ferveur et encore plus de diligence, les faisant vivre avec amour et ferveur d'esprit, en interprétant les signes des temps toujours dans le meilleur sens, en dépit des difficultés présentes, comme il convient à ceux qui mettent leur confiance en Dieu, souverain donateur de tout bien.




Datum Romae, e curia nostra generalitia, die 1 mensis novembris, in festo Sanctorum omnium, anno Domini MCM­LXVIII.


Donné à Rome, en notre Curie Généralice, le 1er novembre, en la fête de tous les Saints, en l'an du Seigneur 1968.


L.S.

fr. Anicetus Fernandez, O.P.



Magister Ordinis

fr. Patricius Pilastro, O.P.



secretarius generalis
Prot. Num. 165/68

5 Perfectae caritatis, nn. 2-4.

6 Ecclesiae sanctae, nn. 2-6.

7 Perfectae caritatis, n. 2b.

8 Ecclesiae sanctae, n. 12.

9 Ibidem, n.13.

10 Ibidem, n.14.

11 Liber const. et ordin., n. 1 § IV.

12 Perfectae caritatis, n. 2b.

13 MOPH, XXXVII p. 30; XVI p. 151, n. 33.


14 MOPH, XVI p. 166, n. 48.

15 Ibidem,p. 158, n. 39.

16 Ibidem, p. 150, n. 32.

17 Ibidem, p. 156, n. 37.

18 Ibidem, p. 151, n. 32.

19 Ibidem, p. 135, n. 13.

20 Perfectae caritatis, n. 2b.

21 Ibidem, n. 1.


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка