Fiche technique de la culture




Дата канвертавання26.04.2016
Памер21.47 Kb.


FICHE TECHNIQUE DE LA CULTURE

DE SESAME

Sésame (Sesamum indicum ou S. Orientale)

ORIGINE

Le Sésame est une plante oléagineuse la plus ancienne cultivée. Son origine n’est pas exactement connue. On pense qu’il est originaire d’Afrique d’où il atteignit l’Inde et s’y maintient comme une plante très importante. De l’Inde, le Sésame s’étendit probablement à beaucoup d’autres pays.




TECHNIQUES CULTURALES

Les augmentations de rendements tiennent à de nombreux facteurs, mais le principal d’entre eux est incontestablement l’amélioration des techniques culturales.



Précédent Cultural

D’une manière générale, le Sésame reste indifférent au précédent cultural. Ainsi, un grand nombre de cultures peuvent être utilisées en rotation avec le Sésame. Citons plus particulièrement le maïs, le coton le sorgho, le mil etc.…


Le maintien des rendements à un niveau satisfaisant tient plus à une fertilisation judicieuse qu’à des techniques de rotation plus ou moins élaborées.

Type de sol

Le Sésame pousse mieux sur des sols légers, bien drainés et sableux ; le Sésame n’aime pas l’hydromorphie, il préfère des sols profonds, mais peut être cultivé dans des sols perméables, lourds ou des sols noirs alluviaux, pourvu qu’ils ne soient pas imbibés d’eau. La plante ne tolère pas les sols très acides et poussera bien dans des sols à valeur de pH variant de 5.5 à 8.



Préparation du sol

Une bonne préparation du sol est nécessaire pour retarder le développement des adventices, surtout lorsque le précédent est une plante salissante (jachère ou plante non sarclée) pour ameublir le sol et faciliter la pénétration de l’eau et des racines. Elle constitue l’un des facteurs essentiels de l’amélioration du profil cultural. Un labour léger (8 à 12 cm), voire scarifiage sont suffisants sur sols légers bien que le travail profond puisse être rentable.


Les travaux de sols influencent sur la maturation, la qualité des gousses et des graines. Les billons étroits occasionnent une fructification difficile sont à éviter.


SEMIS





  • Epoque et modes de semis :

Elle est déterminée par le cycle végétatif, de la variété adoptée et la pluviométrie. Il existe plusieurs modes de semis. Traditionnellement le Sésame est semé à la volée, bien que des résultats expérimentaux aient eu à montrer que le semis des plants à une densité souhaitable selon les variétés, les types de sol ou non, accroissait considérablement le rendement en graines. Cette pratique est rarement suivie par les agriculteurs.


Il est de plus en plus fréquent de voir dans de nombreux pays, que le Sésame est semé en lignes en billons ou à plat, en poquets ou en lignes continues à des écartements variant selon les pays producteurs, et, pour un meilleur contrôle du désherbage et une récolte facile.
Au Mali, en zone cotonnière où les précipitations sont les plus importantes et la saison des pluies plus longue, le Sésame doit achever sa maturation en une période sèche, mais a besoin d’eau en début de végétation.
· Il est conseillé de protéger les semences en les traitant avec un produit insecticide fongicide ; au thioral rouge (20 g pour 10 kg de semences) ou à l’Apron STAR (10 g pour 2 kg de semences).



  • Semis en poquet : 4-6 graines/poquet

Ecartements de semis : 60 x 20 cm semis à plat

80 x 20 cm sur billons.


  • Semis en lignes continues : On sème parfois le Sésame (3 kg/ha) en mélange dans l’engrais (80 kg/ha). Le mélange se fait juste avant le semis et le Sésame est épandu en surface ou dans un léger sillon. On recommande au maximum 3 à 5 kg de semences/ha. On peut utiliser le petit semoir FABRE – ECO. Ne pas enterrer les graines trop profondément (2 cm).

Les graines de Sésame germent assez lentement et des résultats expérimentaux ont montré que la germination peut être accélérée par diverses substances de croissance. La levée se fait en 7 à 10 jours.



FUMURE


Il manque une recherche sur les besoins en engrais du sésame, bien que la plante réponde habituellement, favorablement aux engrais. Des quantités d’engrais véritablement nécessaires, varient avec les variétés, les conditions du sol et les pratiques de cultures. peuvent être indiquées par l’analyse de feuilles. Quand l’apport de n’importe quel élément nutritif particulier est gravement insuffisant, la plante montrera certains symptômes de déficience.
Ainsi, au Mali, on recommande d’appliquer :
80 kg/ha d’engrais coton (14-22 + 8S + 2B).
Les éléments nécessaires sont N.P.S. Mettre l’engrais le plutôt possible, au billonnage ou au semis, pour avoir un effet positif.

NB : Actuellement, on conseille la culture biologique, c’est à dire sans engrais.



ENTRETIENS CULTURAUX

Démarrer à deux pieds par poquet. Dans le cas d’un semis en continu dans la même ligne que l’engrais, il n’est pas nécessaire de démarier car la présence de l’engrais cause une diminution de la germination.


L’usage d’herbicides, s’il est possible économiquement, est un bon outil de contrôle des mauvaises herbes dans les champs de sésame. On conseille selon le sol et les conditions de culture de procéder à 1 à 2 sarclo-binages pour maintenir propre le champ et éviter la concurrence des mauvaises herbes.

VARIETES DE SESAME

Il faut noter que des variétés de sésame qui poussent avec succès dans une région géographique donnée, peuvent ne pas nécessairement convenir à d’autres régions aux conditions climatiques différentes. Les variétés diffèrent dans leurs habitudes et leurs périodes de maturation. Quelques unes sont naines à tige unique, tandis que d’autres sont grandes et ramifiées. Les variétés sont aussi classées selon  leur cycle végétatif, en maturité précoce – moyenne – tardive, ainsi que les variétés déhiscentes ou non déhiscentes. En général, les variétés naines à tige unique mûrissent plutôt que les variétés grandes et ramifiées. Le contenu d’huile des graines diffère selon les variétés, la saison de la culture, les altitudes et les températures, et, peut varier de 40 à plus de 58 %. Les variétés à graines noires sont plus riches en huile que les blanches. Deux variétés de Sésame de couleur blanche sont cultivées avec succès au Mali : la 38-1-7 et la Yendev 55, avec des rendements potentiels de 600 – 800 kg/ha.



INSECTES NUISIBLES ET MALADIES

Le Sésame est sujet à l’attaque et infestation par divers insectes et maladies. La phylie (Antigastro catalaunalie) est l’insecte nuisible du sésame le plus communément et largement répandu. Il provoque la destruction presque complète jusqu’au sommet de la plante, y compris les fleurs, les insecticides tels que le DECIS contrôle l’insecte de manière efficace. Le Cynips (Asphondyllis sesami) est aussi un insecte nuisible majeur du sésame ; il pond les œufs dans les ovaires, la capsule normale étant alors remplacée par une cynips. Le sésame conservé en grenier pendant plus de 9 mois peut être légèrement endommagé par les larves de lépidoptères.



LA RECOLTE

La récolte du Sésame est une opération technique très importante de la production de Sésame, surtout avec les variétés déhiscentes. Retarder la récolte plus qu’il n’est nécessaire peut causer une perte considérable de graines. Un rapport positif et linéaire a été découvert entre la maturité et le rendement en graines de Sésame. Il a été montré, qu’un retard d’un jour dans les opérations de récolte, qu’elle eut atteint le stade de maturité voulu, cause une perte de graines d’environ 30 kg/ha. La période de récolte varie avec les types de variétés, mais elle doit avoir lieu quand la floraison cesse, et que les feuilles deviennent jaunes et commencent à tomber. Les capsules sont alors encore un peu vertes et ont une contenue d’humidité considérable. Les plantes sont la plupart du temps coupées à la main, mises en, gerbes puis en meubles dans les champs où elles sèchent avant d’être battues. On a découvert que le fait de lier les plantes en gerbes et de les étendre sur des cadres en forme de barrières réduisaient considérablement les pertes de graines, comparé au fait de sécher les plantes sur des huttes ou de les placer sur des râteliers.


La moisson peut être faite mécaniquement, surtout si l’on considère l’évolution des variétés indéhiscentes. Des lieuses mécaniques peuvent couper et mettre les gerbes de Sésame en meules dans le champ, ce qui se fait environ 5 jours avant que les capsules commencent à s’ouvrir. Quand les plantes ont séché, soit elles sont battues mécaniquement, soit les graines sont séparées en renversant les gerbes au - dessus de draps de toile.
Il est affirmé que la perte de graines causées par la coupe mécanique est supérieure de 13 % à celle causée par la coupe manuelle, tandis que la perte par battage mécanique est de 2,3 % supérieure à celle du battage à la main.


RENDEMENTS

Les rendements en graines de Sésame varient considérablement avec les variétés et les pays producteurs. Les performances en termes de rendement sont très inégales selon le niveau des intrants utilisés : 618 kg/ha en Amérique du Nord, 558 kg/ha en Amérique du Sud, 400 à 650 kg/ha en Asie et 200 à 600 kg/ha en Afrique. Des rendements supérieurs à 1000 kg/ha peuvent être obtenus par l’introduction de pratiques de culture modernes.



Ondié KODIO

IER. PROGRAMME ARACHIDE/CRRA/KAYES



База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка