Tyrannus erat. Lucius Tarquin, appelé «le Superbe»




Дата канвертавання27.04.2016
Памер16.03 Kb.
Le règne de Tarquin le Superbe, troisième roi étrusque.
Lucius Tarquinius, "Superbus" a Romanis vocatus, tyrannus erat.

Lucius Tarquin, appelé « le Superbe » par les Romains, était un tyran.



Nam non tantum Tarquinio multa vitia erant, sed etiam armis et suppliciis° injustum° regnum gerebat.

Car non seulement Tarquin avait beaucoup de défauts, mais encore il exerçait un pouvoir injuste à l’aide des (en s’appuyant sur) armes et des supplices.



Honestorum° autem Romanorum interfectorum ita pecuniam capere poterat.

Il pouvait ainsi s’approprier l’argent des honnêtes Romains exécutés.


Un pari audacieux.

Romani bellum cum Rutulis° gerebant.

Les Romains faisaient la guerre contre les Rutules.



Tum Sextus, Tarquinii filius, et Collatinus, Sexti consobrinus, cum amicis erant et verba de uxoribus faciebant.

Alors Sextus, fils de Tarquin, et Collatinus, cousin de Sextus, étaient avec leurs amis et parlaient de leurs épouses.



Collatinus Lucretiam suam verbis laudabat.

Collatinus faisait des éloges de sa femme, Lucrèce.



Tandem viri equis Romam petiverunt et matronas improviso° videre potuerunt.

Enfin les maris gagnèrent Rome à cheval et purent voir leurs femmes à l’improviste.



Omnes autem matronas in conviviis invenerunt, Lucretia vero cum ancillis in lanificio erat.

Or ils trouvèrent toutes les mères de famille en pleins festins, alors que Lucrèce filait la laine avec ses servantes.

Un crime de trop.

Tum tyranni filius tam fidelem° feminam cupivit. Alors le fils du tyran désira une femme si fidèle.

Itaque in umbra° nocturna° revenit° et Lucretiam violavit°.

C’est pourquoi il revint dans l’ombre de la nuit et viola Lucrèce.



Matrona autem servum ad virum misit et gladio se° interfecit.

Et la mère de famille envoya un esclave à son mari et se suicida à l’aide d’une épée.


Les Romains se rebellent.

Collatinus autem atque Junius Brutus, Collatini amicus, arma ceperunt et Lucretiam in forum ad Vestae aram portaverunt°.

(Et) Collatin et Junius Brutus, un ami de Collatin, prirent les armes et portèrent Lucrèce sur le Forum, près de l’autel de Vesta.



Tum Junius Brutus Romanos vocavit: "Lucretiae fortunam videtis.

Alors Junius Brutus appelat les Romains : « Vous voyez le destin de Lucrèce.



Sexti vitia, tyranni rapinas, [miseram° populi vitam] memoria° tenere debetis."

Vous devez garder en mémoire (conserver par la mémoire) les défauts de Sextus, les vols du tyran, la vie malheureuse du peuple.



Tum populus propter Bruti verba arma cepit et Tarquinium puerosque ex oppido expellit.

Alors le peuple , à cause des paroles de Brutus, prit les armes et chassa Tarquin et ses enfants de la place forte.



Junius autem Brutus cum collega° patriam bene gessit Romanosque ad liberam° vitam duxit.

Et Junius Brutus, avec son collègue,(il s’agit des deux consuls à la tête de l’Etat sous la République) géra bien la patrie et conduisit les Romains vers une vie libre.



База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка