The Fox News Effect: Media Bias and Voting




Дата канвертавання19.04.2016
Памер10.24 Kb.

The Fox News Effect: Media Bias and Voting

Stefano DellaVigna, University of California Berkeley & NBER

Ethan Kaplan, Institute for International Economic Studies, Stockholm University

NBER Working Paper No. W12169, Août 2006



http://www.econ.berkeley.edu/~sdellavi/wp/foxvote06-08-18.pdf
L’opinion véhiculée par les médias affecte-t-elle la manière dont votent les électeurs ?

Les théories sur le sujet sont très partagées. Les tenants des anticipations rationnelles pensent que les électeurs ne sont pas dupes, soit qu’ils décodent – et ne se laissent pas influencer – par des médias aux opinions contraires, soit qu’ils choisissent délibérément des médias en accord avec leurs propres opinions. A l’inverse, les tenants des théories comportementales estiment que les médias exercent bel et bien un effet de persuasion.

Le présent papier de recherche laisse de côté la théorie et s’attache à observer l’expérience « grandeur nature » qu’a constituée le lancement de la chaîne Fox News sur les réseaux de télévision par câble aux Etats-Unis entre 1996 et 2000.

Fox News est une chaîne d’information permanente, concurrente de CNN, positionnée très nettement à droite de l’échiquier politique américain. Le marché de la télévision par câble aux Etats-Unis étant très fragmenté géographiquement, l’introduction de Fox News est intervenue progressivement à partir d’octobre 1996, au fur et à mesure que le Groupe Murdoch, propriétaire de la chaîne, parvenait à trouver des accords avec les câblo-opérateurs des villes ciblées. En juin 2000, Fox News était distribuée dans 20% des villes américaines.



Partant des données électorales, démographiques et d’audience télévisuelle d’un panel de près de 10.000 villes, les auteurs du présent papier comparent les changements dans le vote Républicain sur la période 1996-2000 entre les villes ayant accès à Fox News et les autres. Les résultats sont limpides :

  1. L’arrivée de Fox News a augmenté le vote Républicain de 0.4 à 0.7 point de pourcentage aux élections présidentielles de 2000. L’ampleur de l’effet Fox News varie selon les caractéristiques des villes : il est plus faible dans les villes où l’offre de télévision par câble est plus abondante, ce qui est cohérent avec l’idée que la concurrence entre chaînes atténue le pouvoir de persuasion de chacune d’entre elles ; plus faible également dans les zones rurales, traditionnellement conservatrices, et les circonscriptions où le parti Républicain est déjà fortement implanté, sans doute parce que la part d’électeurs non-Républicains, i.e. susceptibles d’être « retournés » par Fox News, y est plus limitée.

  2. Cet effet de persuasion porte non seulement sur un candidat en particulier (comme dans le cas de la campagne présidentielle, où s’affrontent deux personnalités), mais plus généralement sur les opinions politiques des téléspectateurs. En effet, on constate que l’influence positive de Fox News sur le vote Républicain s’est manifestée aussi à l’occasion des scrutins sénatoriaux (0,7 point de pourcentage de « bonus » pour les candidats Républicains aux sénatoriales dans les zones desservies par Fox News) alors même que la chaîne ne couvrait pas ces campagnes, sauf dans une seule circonscription (l’Etat de New York, à l’occasion de la compétition entre Hillary Clinton et Rick Lazio), où l’effet Fox News a d’ailleurs été exactement de même ampleur qu’ailleurs. Il s’agit donc bien d’un effet de persuasion « idéologique », non d’un effet de publicité pour tel ou tel candidat.

  3. L’effet Fox News provient principalement de la mobilisation des abstentionnistes. Autrement dit, le différentiel de performance des Républicains dans les circonscriptions desservies par Fox News ne s’explique pas par la conversion d’électeurs précédemment démocrates, mais par le fait que des électeurs habituellement non-votants (typiquement des abstentionnistes à sensibilité plutôt conservatrice dans des circonscriptions plutôt démocrates) se sont déplacés pour voter.

  4. Autre manière d’appréhender le phénomène : si l’on compare les résultats électoraux avec les opinions politiques déclarées par les téléspectateurs dans les enquêtes d’audience, on voit que Fox News a converti au vote Républicain entre 3 et 8% de ses spectateurs non-Républicains occasionnels et entre 11 et 28% de ses spectateurs non-Républicains fidèles1.

1 Les spectateurs occasionnels sont ceux qui, au moment de l’enquête, déclarent avoir regardé la chaîne au moins une fois au cours de la semaine écoulée. Les spectateurs fidèles sont ceux qui, sur la base d’un relevé écrit exhaustif des chaînes qu’ils ont regardées jour après jour, s’avèrent avoir regardé une chaîne pendant au moins 30 minutes d’affilée au cours de la semaine.

©Paradigmes - Décembre 2006


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка