Les grandes préfectures équestres et le maintien de l'ordre. Introduction




Дата канвертавання15.04.2016
Памер31.73 Kb.
Les grandes préfectures équestres et le maintien de l'ordre.
Introduction

Les préfectures équestres sont principalement connu grâce aux sources épigraphiques et au travail des prosopographes. Cependant ces sources restent lacunaires, à la fois suivant les époques mais aussi suivant les préfectures. Ainsi, Selon R. Sablayrolles, la préfecture du prétoire est bien plus renseigné que celle de l'annone.

Toutes ces grandes préfectures sont mises en place sous Auguste et vont voir leur structure évoluer aux cours des années. Cela va permettre la mise en place d'un système dont héritera l'antiquité tardive.
I-Le constat républicain et la réponse augustéenne.

1.1-Les quatres grandes créations.

Toutes les grandes préfectures équestres sont créées par Auguste. D'après R. Sablayrolles, elles ne résultent pas d'un grand plan de mise en place de services public, mais de diverses réponses du pragmatique Auguste face à des situations problèmatiques.

Ainsi, la préfecture de l'Égypte vit le jour en 30 avt JC, à la suite de la mort de Marc-Antoine et de Cléopatre. Ce préfet est un représentant du Prince dans un espace qu'il se doit de diriger. C'est une préfecture assez importante étant donné que les historiens appellent parfois le préfet « le vice-roi » d'Égypte. L'Égypte bénéficiait alors qu'une grande tradition de services qui servira d'exemple à plusieurs créations augustéennes, comme par exemple les archives.

La préfecture du prétoire né quant à elle en 2 avt JC, à la suite d'une consparition dans le Palatin. Cela se fait environ 20 ans après la création des cohortes prétoriennes. Ces préteurs sont nommés par deux, mais on connait quelque cas d'unique préteurs, comme Séjan ou encore Ulpien. Son rôle est avant tou la protection du Prince.

La préfecture des vigile répond au problème récurrent des incendies dans Rome. Elle fut mise en place en 6 ap JC, à la suite d'un grand incendie. R. Sablayrolles pense qu'elle aurait du être temporaire, mais qu'Auguste la maintenue pour son efficacité.

Enfin, la préfecture de l'annone a probablement été mise en place en 8 avt JC, son premier préfet, étant C. Turranius resté durant 34 ans en poste. Auguste a probablement mis en place cette préfecture après la grande crise frumentaire en 7 ap JC.


1.2-Les problèmes de la gestion urbaine

Face aux problèmes républicain, Auguste va répondre avec pragmatisme en utilisant le Sénat dans un premier temps. Il compte grâce à cela nourrir la cité la plus importante à cette époque, environ 1 millions de personnes, soit 5 fois plus qu'Alexandrie, et ainsi empéché les déplacements forcés de population à cause des disettes. Il faut aussi lutter contre les incendies, l'insécurité d'une ville où dominent les inégalités sociales et une forte pression démographique. Enfin, les problèmes d'urbanismes sont aussi à prendre en compte, Rome étant loin du modèle quadrillé en plaine, perfection selon les anciens. Cela oblige donc à de nombreux travaux, comme par exemple le creusement des collines lors de la construction du forum de Trajan.

En 29 avt JC, Auguste fourni ses premières réponses dans un soucis de continuité avec la tradition républicaine, et il cherche à apporter des réponses aux crises ponctuels du début de son règne. En effet, résoudre ces problèmes c'est détenir les clefs du pouvoir selon R. Sablayrolle. Pour preuve l'exemple de S. Pompée qui affame la cité ou encore les différentes factions pompéiennes et césarienne qui mettent le feu à la ville.

Cependant Auguste va rapidement s'écarter du modèle républicain en constatant son inefficacité. Vont alors être mise en place les différentes préfectures équestres, qui en théorie ne représentent pas de danger pour le pouvoir du fait de leur rang social. Selon Dion Cassius, le préfet de l'annone va ainsi remplacer une commision de sénateur consulaire mis en place en 6-7 ap JC.



Cependant il existe des confusions entre le service public et la proximité du Prince, comme le montre l'utilisation de la familia publica pour stopper les incendies. Ceux-ci sont mis sous la responsabilité des magistri vicorum.
1.3-Le praefectus

Un préfet est une personne qui tient son pouvoir d'une délégation du Prince. Par conséquent il a des liens avec ce dernier, que ce soit des liens familieux, de proximité ou de patronage. Tous les premiers titulaires de préfectures sont liés au Prince. Ainsi, Cornelius Gallus, premier préfect d'Égypte malgré une naissance modeste, est un ami et un copagnon d'arme d'Auguste. De même, C. Turranius est un homme de confiance d'Auguste.

On voit donc apparaître de grandes familles équestres, souvent italiennes et liées fortement à la personne du Prince. On peut prendre l'exemple des Ostarii, famille italienne dont Publius Osturius Scapula fut le second préfet d'Égypte. Son frêre fut préfet du prétoire en 2 avt JC, et la femme de celui-ci appartenait à la gens des Sallustii. Sous le règne de Tibère ce sont les Seii qui prennent de l'importance. Seius Strabo et son fils Aelius Seianus (adopté par Aelius Gallus, préfet d'Égypte), furent collègue comme préfets du prétoire, avant que Séjan ne deviennent seul préfet et grand ami de Tibère.
Tous les succeseurs d'Auguste vont utilisé le système des préfets. Par exemple Narcisse, affranchi de Claude, fut préfet du prétoire. De même, Tigellinus obtient la préfecture du prétoire de Néron grâce à leur passion commune pour les chevaux. Ce Prince a aussi nommé son affranchi Nymphidius Sabinus à ce poste. Enfin, il existe un exemple de sénateur préfet de prétoire, Titus, fils de Vespasien, qui s'occuper alors de la garde de son père.

Durant le I° siècle de notre ère les préfets équestres sont nommés par le Prince et ne réponde de leurs actes qu'à lui seul. Celui-ci nommait des hommes de confiance, sans ait forcément suivi de cursus particulier avant. Ce cursus se mettra en place sou Domitien.

De même il n'y avait pas de cursus clair entre les différentes préfectures dans un premiers temps, même si la préfecture de l'Égypte et celle du prétoire ont toujours eut un plus grand prestige. Ainsi, C. Turranius passa de la préfecture d'Égypte à celle de l'annone, et Seius Strabo de celle du prétoire à celle de l'Égypte. La hiérarchie se mettre en place ensuite, les préfectures des vigiles et de l'annonce étant équivalente, précédant la préfecture de l'Égypte. Le tout est dominé par la préfecture du prétoire. Selon R. Sablayrolle, sur les préfets connues, 35,5% des préfets de l'Égypte deviennent préfets du prétoire, alors que 23,3% des préfets des vigiles atteignent directement ce poste. Cela montre donc deux choses : d'une part l'importance plsu grande de la préfecture d'Égypte, d'autre part le fait que même si une hiérarchie s'établie, elle peut contenir des exceptions. Après les Antonins, les préfects proviennent presques tous d'une carrière procuratorienne.
Quand l'ordre équestre va remplacer les commisions sénatoriales, on va voir se mettre en place des grands profils de préfets.

Tout d'abord le profil militaire, pour lequel on peut citer l'exemple de Bassaeus Rufus. Ses années de services militaires lui ont offert une expériences propres à devenir préfet du prétoire. Ses valeurs sont d'ailleurs vanté par Pline le Jeune. L'aspect militaire d'un certain nombre de préfet du prétoire en fait des acteurs privilégié dans certains conflits.

Vient ensuite le profil des juristes, dont le représentant est Q. Servidius Scaevola. Il s'agit d'un des conseillers les plus écoutés par Marc-Aurèle.

Les lettrés ne sont pas mis à l'écart, comme le montre la nomination de Cn. Octavius Capito sou Trajan.

De même, il existe un profil de financier, comme Valerius Proculus, dont la plupart deviennent préfet de l'annone ou de l'Égypte.
II-Les tâches principales des préfets

2.1-Les fonctions militaires

Tous les grands préfets ont la charge d'encadrer une troupes armées. Cette responsabilité s'appliquent sur certain moment, par exemple la nuit pour les vigiles, et sur un espace, par exemple les marchés pour le préfet de l'annone. Même si il n'y a oas de hiérarchie initiale dans les responsabilité armée, elle se met en place avec le temps, principalement entre le préfet de la ville et celui du prétoire. En effet, il y a plus de membres armés chez les prétoriens. Cependant, ils n'existe aucune différence sur la potestas qui est donné à chaque préfet.

Ces forces armées se retrouvent parfois engagées dans les troubles. Un bon exemple est celui de l'année des quatre empereurs, où les prétoriens luttaient pour les Vitelliens tandis que les vigiles et les urbains soutenaient les Flaviens. Cependant en temps de paix, chaque préteurs voyait son autonomie assez resteinte pour éviter les conflits.

La faveur populaire allait plutôt vers les vigiles et les urbains, qu'ils considérer comme leur protecteur, tandis que les prétoriens, qui réprimaient les manifestation, receuiller plutôt la méfiance du peuple.



La seule véritable différence entre ces différents corps était leur équipement, les prétoriens étant les mieux armés. On les retrouvent d'ailleurs parfois dans les états-majors, comme par exemple en 69 ap JC, lorsqu'Othon invite ses préfets du prétoires Licinius Proculus et Probus Firmus à travailler sur Bédriac, comme nous le dit Tacite dans ces Histoires.
2.2-La fonction judiciaire

A l'inverse la fonction judiciare va rapidement voir les différentes sphères de compétence se former.

On connait les compétences du préfet des vigiles à travers les écrits de Paul du Digeste. Il s'occupe de juger les incendiaire, les délits mineurs, surveille les gardiens des thermes. Par principe de prévention, il peut faire mener des perquisitions, principalement dans les entrepôts ou les insulae pour vérifier la gestion du bois, celle du feu et les réserves d'eau.

Le préfet de l'annone s'occupe des litiges sur les cargaisons, surtout de blé et d'huile, sur les contestations et s'occupent des problèmes apparuent durant une vente. Il s'occupe aussi des problèmes de corporations.



Les compétences du préfet du prétoire vont s'accroître au dépit de celles du préfet de la Ville. Sa délégation impériale lui permet de juger tout ce qui a attrait à la protection de Rome et de l'Italie et à la sécurité du Prince, principalement en vertu de la lex maiesta. Pour cela il peut mener des enquêtes, procéder à des arrestations et utiliser l'nterrogatio, c'est à dire la question.

Tous ont la possibilité de mener des enquêtes exceptionnelles, qu'ils peuvent mener seul.


2.3-La topographie des services

La plupart des lieux connus sont les bureaux, les salles d'audiences et les archives. Les deux endroit les plus important sont les castra praetoria et les castra urbana

cf plan page 57
Le préfet des vigiles est attaché à la crypta Balbi, dans un ensemble cultuel dédié à Vulcain.

Le préfet de la ville se trouve proche du forum transitoire et de la basilique Aemilia, au temple de la Paix. Il s'y trouvait de grandes cartes en marbres qui représenter la cité, les forma Vrbis.

Les statio du préfets de l'annone se trouve aux forum Boarium, forum des Boeufs, qui se trouve peut-être être un lieu de distribution frumentaire. On y trouve d'ailleurs le temple de Cérès.

Cf plan page 67

Enfin, on ignore où se trouvaient les préfets du prétoire. Leur archives étaient aux castra praetoria. Un hypothèse est qu'ils se trouvaient peut-être au Palatin étant donné qu'une de leur mission étaient de protéger le Prince.


III-La garnison urbaine et ses composantes

3.1-Les vigiles

Connu principalement grâce à Paul, les vigiles sont le prolongements des esclaves et affranchis républicains qui surveiller la ville la nuitt. A partir d'Auguste, sa familia va gérer le problème de l'extinction des incendies. Il va pour cela créer 7 cohortes, soit 3 500 hommes, dont on sait que l'effectif sera doublé, mais sans qu'on connaisse la date de ce changement, probablement fin I°, début II° siècle, sous Domitien ou Trajan.



Les vigiles sont réparti en casernes, les excubitoria. Chaque caserne surveille deux régions de Rome. Par exemple, La I° cohorte se trouve sur la via Lata et surveille les régions VII et IX. La V° cohorte surveille les régions I et II. La VII° cohorte surveille la région XIV. Le cas de la VI° cohorte est plus originale puisqu'elle s'occupait de la région X, celle du Palatin, et s'est vu retiré cette fonction au profit des prétoriens.

Les vigiles doivent également maintenir l'ordre, principalement en évitant les petits vols par la surveillance des thermes.

Leur comportement est très civil, il aide en supplétif à la distribution de blé. Après 24 ap JC, les affranchis vigiles deviennent pleinement citoyens après 6 ans de services.
3.2-Les cohortes urbaines

Ce sont les seuls militaires à stationner in pomerium, soit depuis 27 avt JC, soit depuis 19 avt Jc ou depuis 16 avt JC. Cette situation est de toute façon attesté en 12 ap JC, sous Piso. Ils sont répartis dans les cohortes X, XI et XII, leur dénomination commençant après les cohortes prétoriennes. Une XIII cohorte sera plus tard créée pour Carthage.


3.3-Les cohortes prétoriennes

Sous la république, les magistrats pouvaient se former des cohortes prétoriennes d'ami pour se protéger des dangers de Rome. Cependant, la ville courait le risque de voir ses cohortes se transformer en armée privée. Ce fut par exemple le cas des germains de César, ou des cohortes de Marc-Antoine et Octavien sous le triumvirat.

Ce sont les troupes d'Auguste qui donnent naissance aux cohortes prétoriennes. Il possède avec elles un lien très fort, et les paye sur sa caisse privée. Peu à peu les prétoriens vont devenir une garnison au service de la ville et du Prince.

Leur militarisation est lente, on passe d'un groupe paramilitaire à une organisation en turmes.



Conclusion

Les différents groupes ont donc tous un rôle différents et complémentaires, les vigiles étant assimilés à des soldats par l'organisation avec des tribuns et des centurions. Leur nomination chez les prétoriens peut parfois ouvrir les voix d'une carrière équestre.


База данных защищена авторским правом ©shkola.of.by 2016
звярнуцца да адміністрацыі

    Галоўная старонка